Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on 27, Oct 2008 in Business | 1 comment

Microsoft prêt à manger du BlackBerry ?

Alors que l’action Research In Motion valait près de 148$ au mois de juin, la crise financière fait aujourd’hui chuter son cours à près de 50$. Cela ne valorise plus la firme canadienne qu’à hauteur de 28,5 milliards de dollars. Une situation propice à son rachat, particulièrement pour Microsoft, selon certains analystes.

Certains considèrent, en effet, que l’acquisition de RIM par l’éditeur de logiciels se révèlerait particulièrement stratégique. Elle aurait ainsi principalement deux avantages : le premier serait d’éliminer un concurrent sur le secteur des OS mobiles pour SmartPhone (abandon de BlackBerry OS au profit de Windows Mobile) ; le deuxième serait d’affirmer une position sur un marché naissant (celui des terminaux mobiles Internet) pour lequel Windows Mobile a aujourd’hui à affronter la concurrence particulièrement féroce de l’iPhone d’Apple et celle du système Android de Google.

Une telle conséquence entraînerait aussi certainement la migration du fameux système de Push Mail de RIM (fonctionnant avec l’association des logiciels BlackBerry Entreprise Server et BlackBerry Connect), pour favoriser encore davantage la diffusion des technologies Microsoft équivalentes (avec Exchange Server et la synchronisation par ActiveSync).

D’aucuns pensent que Microsoft aurait déjà entamé des discussions avec RIM pour convenir d’une OPA amicale proposée pour 50$ par action ; ce qui sous-entend que Microsoft s’attendrait à une baisse encore importante du cours de l’action RIM, dans les semaines à venir.

Toutes ces questions devraient vraisemblablement trouver réponse avant la fin de l’année.

Read More

Posted by on 8, Oct 2008 in Logiciels & Webmails, Mobilité | 0 comments

Nokia n’aime plus du tout RIM

Nokia ne semble plus vouloir laisser les BlackBerry de RIM prendre davantage de parts sur le marché des SmartPhone. Si celle du n°1 de la téléphonie mondiale s’établissaient à 50,8% sur le marché des SmartPhone, elle serait descendues à 47,5% entre les seconds trimestres des années 2007 et 2008, selon les chiffres de l’institut Gartner. Or, dans le même temps, la part de marché de Reasearch In Motion aurait pratiquement doublé, passant de 8,9% à 17,4%.

Nokia réagit donc en conséquence face à ce sérieux concurrent : tous les modèles de gamme N de la fameuse série 60, anciens comme nouveaux, bénéficieront bientôt d’une compatibilité avec les serveurs de messagerie Microsoft Exchange. Cette compatibilité est rendue possible par l’intermédiaire d’un logiciel développé par Nokia, Mail for Exchange, pour lequel Nokia a acquis une licence Miscrosoft ActiveSync et qui autorise le Push Mail avec les serveurs Exchange 2007.

Jusqu’à présent, seuls les modèles de gamme E (professionnel) et deux modèles de gamme N (grand public), les N78 et N96, disposaient de ce logiciel. En outre, l’abandon du logiciel BlackBerry Connect (application de Push email propriétaire, passant exclusivement par les serveurs de RIM) sur les modèles E66 et E71 constituait déjà un prélude au rafraîchissement des relations entre les deux firmes. Désormais, Nokia semble bien décider à lutter plus fermement contre le canadien RIM.

Notons, par ailleurs, que cette décision s’inscrit aussi dans une stratégie d’innovation opérée par le géant finlandais. Pour espérer ne pas être bientôt dépassé par des SmartPhone concurrents aux possibilités très avancées, Nokia a compris qu’il fallait faire évoluer les solutions logicielles plus rapidement. Quitte à racheter l’éditeur de Symbian OS, pour tenir tête aux OS concurrents comme Windows Mobile (Microsoft), BlackBerry OS (RIM), OS X (Apple) et Android (Google).

Read More

Posted by on 2, Oct 2008 in Messagerie, Mobilité, Sécurité | 0 comments

BitDefender : Les spammeurs préfèrent le texte aux images

C’est ce que nous apprend l’éditeur de solutions de sécurité BitDefender dans son dernier rapport sur le paysage des e-menaces observées pendant le premier semestre 2008. Bien que l’étude se penche notamment sur l’évolution des malwares et chevaux de Troie, elle n’en oublie pas pour autant d’analyser les spam.

On découvre ainsi que la diffusion de spam image a considérablement diminué par rapport à ce qu’elle était il y a 2 ans. Si la proportion de spam image flirtait allègrement avec les 60% en 2006, parmi les échanges de courriers électroniques, celle-ci n’est plus que de 3% à la fin du semestre 2008 ! Une chute spectaculaire de la diffusion de ce type de spam au profit des spam texte qui, durant la même période, sont passés de 20 à 70% des mails échangés sur Internet.

Si le spam ne représente que le neuvième moyen de diffusion des malwares dans le top 10 de BitDefender (les malwares se répandant surtout par les failles de sécurité logicielle et les téléchargements illégaux), les laboratoires de recherche de l’éditeur estiment tout de même que le spam occupera une place importante, dans leurs prévisions d’évolution des menaces électroniques, pour la fin de l’année 2008.

Dans ce nouveau top 10 prédictif des menaces 2008, BitDefender prévoit, en deuxième position, une nouvelle avalanche de spam s’appuyant sur de toutes nouvelles méthodes de diffusion et sur l’utilisation de grands événements médiatiques (comme les prochaines élections présidentielles américaines). Le spam revient ensuite en quatrième position des menaces les plus importantes, avec la diffusion du spam mobile, pour lequel les SmartPhone seront particulièrement visés du fait de leur technique de Push Mail (comme le prédit également Secure Computing).

L’ombre du spam est encore présente, en sixième position, avec l’ascension des botnets. Si les chercheurs de BitDefender en jugent par les dégâts causés par le Troyen Storm, l’arrivée d’un nouveau cheval de Troie du nom de Zlob devrait participer à la prochaine et conséquente augmentation des envois de spam.

Read More

Posted by on 11, Juil 2008 in Business, Messagerie | 0 comments

Les mails Pro victimes de la fracture numérique ?

Retour sur une actualité publiée en février par Le Monde Informatique. Au début de l’année, le journal en ligne faisait part à ses lecteurs d’une enquête menée par l’agence de conseil marketing OpenedMind en partenariat avec Microsoft. L’enquête révélait que, malgré une progression de la part des Très Petites Entreprises en France ayant ouvert un site à leur nom, leur visibilité sur le réseau des réseaux reflétait une nette différence entre les TPE les plus jeunes situées en région parisienne et les autres.

Une disparité qui influe directement sur le nombre de créations de boîtes mails pro et, par conséquent, le marché de la messagerie professionnelle en France. La plupart des TPE de province se constitueraient effectivement des adresses mails professionnelles avec des services de messagerie grand public comme ceux de Yahoo! ou de Hotmail. Si cela ne constitue évidemment rien de grave en soit, l’absence d’une messagerie professionnelle à son nom reste souvent perçue par le client comme un manque d’infrastructure dédiée dans l’entreprise et un défaut marketing en terme d’image de marque.

Si l’on peut se féliciter que la part des TPE disposant d’une adresse professionnelle se trouve être tout de même légèrement supérieure à celle des TPE disposant d’un site dédié (40% contre 38% selon cette enquête), on ne peut s’empêcher de penser que la conséquence de cette disparité si marquée n’aurait aucun lien avec la fameuse fracture numérique dont il est question en France.

Il y a fort à parier que le manque d’infrastructures réseaux haut-débit dans certaines provinces renforcent aussi le manque d’information sur des services informatiques adaptés aux TPE. Des « zones d’ombres » qu’il serait bon de combler suffisamment tôt avec les prochains réseaux WiMax, avant que l’arrivée de la fibre optique dans les grandes villes ne vienne encore élargir la fracture numérique pour la transformer en trou béant (certaines zones, en France, ne disposent encore de l’accès à Internet que par modem 56K).

Or, les nouveaux réseaux de communication haut-débit, mobiles ou informatiques, transforment déjà petit à petit les usages que nous faisons de la messagerie et génèrent de nouvelles applications (Webmail 2.0, messagerie mobile en Push mail, synchronisation des contacts et des calendriers).

Read More