Tag Archives: développement

L’avenir des solutions de messagerie passe-t-il forcément par le tout en ligne ?

Un nouvel article qui s’attache à décortiquer les limites de ce qui est appelé à devenir une tendance de fond fiable et bénéfique de l’informatique du futur. N’hésitez à faire part de votre avis sur la question dans les commentaires.

Les grandes firmes américaines en font toutes le pari : l’avenir de l’informatique passe par la dématérialisation. Le premier représentant de ce courant de pensée est bien évidemment Google. L’Ogre de Mountain View investit plusieurs milliards de dollars par an (que ce soit directement en Recherche & Développement ou par le biais de rachats stratégiques d’autres entreprises) pour asseoir sa position de premier fournisseur de services complets sur Internet. Le but ? Que chacun puisse disposer de ses données personnelles et les échanger avec d’autres personnes à travers un espace virtuel, accessible n’importe où, n’importe quand. L’idée est affriolante, certes, mais s’accorde-t-elle vraiment aux besoins des utilisateurs ? Le tout en ligne est-il une solution réellement gérable et les utilisateurs sont-ils prêts à l’accepter ? Pas si sûr.

Suite de l’article : L’avenir des solutions de messagerie passe-t-il forcément par le tout en ligne ?

Encore et toujours plus de spam…

Les chiffres fournis dans le rapport que vient d’établir la société Secure Computing (spécialisée dans les solutions de sécurité logicielle et Web) ont de quoi faire frémir. L’entreprise aurait ainsi relevé une augmentation de 280% du spam par rapport à la même période l’année dernière. En moyenne, 150 milliards de spam seraient ainsi envoyés chaque jour à travers Internet.

Leur provenance aurait toujours comme principale région les Etats-Unis, avec une part de 16,56% sur la totalité des envois mondiaux. Viennent ensuite, dans le top 5, la Russie (6,71%), la Turquie (6,51%), le Brésil (5,29%) et l’Italie (4,32%). Secure Computing estime d’ailleurs que ce classement pourrait être à l’avenir largement modifié par le développement des infrastructures réseau dans des pays émergents. On pense forcément à la Chine (à la 6ème place avec 3,49%) et à l’Inde (en 9ème position avec 2,99%), où le développement des NTIC est très rapide.

Autre phénomène intéressant noté dans le rapport et concernant l’évolution que connaît le spam, les messages en anglais ne composent plus que la moitié des spam diffusés. Si ces derniers ont toujours préféré la langue anglaise pour toucher un maximum de personnes, le japonais se retrouverait à présent dans 12% des spam émis, l’allemand dans 10% des messages et le chinois et le français en représenteraient chacun 5%.

Le rapport tente également une prédiction sur les menaces susceptibles d’atteindre des appareils mobiles perfectionnés tels que l’iPhone. Autorisant aujourd’hui une connexion permanente à des réseaux haut débit mobile, les SmartPhone pourraient faire l’objet d’attaques ciblées des spammeurs pour recueillir les informations complètes d’un carnet d’adresses (généralement synchronisées avec celles de l’ordinateur de bureau) à l’aide de bots installés sur ces appareils. Par la suite, il serait plausible d’assister à une forte augmentation du trafic réseau des opérateurs mobile ; ce qui engendrerait alors des baisses de leur qualité de service.

Nokia propose un client de messagerie pour ses mobiles Symbian

Symbian France nous dévoile un nouveau client de messagerie développé par Nokia et compatible avec la plupart des systèmes de messagerie existants (comme Yahoo! Mail, GMail ou le Webmail de votre FAI), à l’exception cependant de Hotmail et des Webmails professionnels.

Encore en version de développement beta, l’intérêt du logiciel réside déjà dans sa très grande simplicité de paramétrage et dans sa fonction de Push email. En effet, après que l’utilisateur se soit contenté de s’inscrire sur le site de Nokia et qu’il ait fourni au logiciel adresse et mot de passe du compte mail à surveiller, il recevra directement sur son téléphone tout mail qui arrivera dans sa boîte. Nul besoin de se connecter via le WAP au Webmail en question, Nokia Email se charge automatiquement de « pousser » vers votre mobile les mails en réception et leurs pièces jointes.

Autre bonne nouvelle, en attendant que le logiciel soit présenté dans sa version finale, la version beta est totalement gratuite mais limitée, néanmoins, à 1 an d’utilisation. Le logiciel est utilisable sur les mobiles Nokia E51, E61, E61i, E65, E66, E71, E90, N73, N80, N81 8GB et N95.

Le téléchargement de l’application et l’inscription au site s’exécutent depuis l’adresse email.nokia.com.

Les spammeurs s’intéressent au cloud computing

Le Web-marchand Amazon n’aura pas eu à attendre que son service de « nuage de calcul » soit publié en version finale pour qu’il connaisse ses premières attaques de spammeurs.

Les sites Spamhaus et Outblaze ont récemment classé tout ou partie des IP du domaine d’EC2 (Elastic Compute Cloud) dans leurs listes noires des IP émettrices de nombreux spam.

En plein développement actuellement, le marché balbutiant du cloud computing (nuage de calcul), tel qu’il est communément appelé sur la Toile, se voit déjà pris d’assaut par les spammeurs. Il faut avouer que du point de vue d’un spammeur, le cloud computing représente plusieurs avantages.

Le système consiste en une dématérialisation des salles serveurs en entreprise. Concrètement, grâce aux réseaux haut débit et aux nouvelles possibilités matérielles qu’offrent notamment les processeurs en matière de virtualisation (installation d’un deuxième système d’exploitation tournant en parallèle du premier), il devient aisé, pour de grands groupes, de proposer des services d’infogérance de calcul lourd et de SaaS, dont les ressources sont accessibles en ligne.

Les entreprises qui développent des logiciels générant des calculs intensifs peuvent aujourd’hui choisir de payer ce service à des sociétés qui prennent en charge les besoins matériels. S’ensuivent donc des économies substantielles réalisées par les entreprises clientes, en terme d’exploitation. Mais cela est aussi vrai pour les besoins des spammeurs !

Comme la vérification des activités effectuées sur chaque serveur virtuel engendrerait des moyens extrêmement importants pour les firmes proposant le cloud computing, les spammeurs profitent des faiblesses de ce service naissant pour dématérialiser eux-aussi leurs serveurs et brouiller les pistes qui mèneraient directement à eux. Par ailleurs, le problème peut très vite atteindre d’énormes proportions du fait que nombre d’offres de cloud computing proposent un ajustement en temps réel du nombre de serveurs virtuels mis à disposition des clients, selon les besoins ponctuels de ces derniers.

Alors que Dell en est est encore à vouloir déposer le nom de cloud computing, des firmes telles que Google (avec IBM), Yahoo (avec HP et Intel), ou encore AT&T s’empressent de marcher dans les traces d’Amazon, sans pourvoir encore empêcher le cloud computing de devenir un incroyable nid de spammeurs.

Zenbe, le Webmail 2.0 dans sa nouvelle version

L’équipe de développement new-yorkaise de Zenbe vient d’apporter plusieurs nouveautés et correctifs à son Webmail, encore qualifié en tant que version beta, mais déjà très avancé.

Zenbe se veut être un Webmail simple, beau et orienté Web 2.0. Il permet de récupérer et de gérer en ligne les mails de ses différents comptes AOL, GMail, Yahoo! Mail ou encore Windows Live à travers une interface épurée.

L’interface de Zenbe est divisée en 3 parties : une colonne de gauche pour la gestion du contenu, une page principale comportant 4 onglets (Mail, Calendrier, ZenPages et Fichiers) et une colonne de droite à l’aspect communautaire et aux applications tierces (la Quick View). Car la nouveauté introduite par Zenbe est de favoriser directement au sein du Webmail l’échange communautaire.

Ainsi, les ZenPages sont des espaces personnels qui peuvent être consultés par d’autres utilisateurs Zenbe et pour lesquels il est possible d’y ajouter du contenu multimédia (comme un plan Google Maps ou une galerie Flicker). L’onglet Fichier sert quant à lui à rendre disponible en ligne des documents pour ses contacts ou pour soi-même ; alors que la colonne de droite permet à des développeurs et éditeurs tiers de proposer leurs propres modules pour Zenbe. Les utilisateurs de Zenbe ont aujourd’hui la possibilité, via ce système de modules, de voir directement leurs contacts FaceBook ou de dialoguer avec leurs amis sous Gtalk ou Twitter.

Offrant 4Go d’espace de stockage, Zenbe envisage de rester un service gratuit, uniquement financé par la publicité qui serait introduite sur les ZenPages.

Les nouveautés apportées au Webmail Zenbe sont les suivantes :

  • Support du client de messagerie Twitter dans Quick View
  • Réseaux de contacts – grouper vos contacts pour faciliter vos envois d’emailing
  • Support des liens de type webcal:// et https:// lors de l’import de calendriers en ligne
  • Disponibilité d’un plug-in Firefox pour les notifications du Webmail
  • Nouveau menu pour les emails, incluant une interface intuitive de sélection des tags actifs au sommet de la liste, ainsi qu’un marquage « Non lu » amélioré placé derrière le compteur de non-lus des nouveaux emails
  • Vider la corbeille – la possibilité d’effacer définitivement les éléments taggés en « Supprimé » ou en « Spam »
  • Liste des tâches
    • Les listes de tâches ont été modifiées pour de meilleures performances et pour leur ajouter la possibilité de les renommer
    • La séparation des listes de tâches et des calendriers dans les ZenPages
    • L’ajout de plusieurs listes de tâches au sein d’une page ZenPage
  • Suppression simplifiée des contacts ajoutés automatiquement par Zenbe
  • Possibilité de renommer les tags

Zenbe est déjà défini par certains de ses utilisateurs comme le Webmail de demain. Une visite guidée est disponible sur cette page du site officiel.

Les emails des employés particulièrement surveillés aux USA

Selon une étude menée par l’institut Forrester Research et l’éditeur de solutions de sécurité pour email ProofPoint, 44% des grandes entreprises américaines de plus de 1 000 salariés ont avoué avoir rémunéré une activité d’analyse des mails sortants de leurs employés sur une période d’un an.

Il est intéressant de noter que ce sont d’ailleurs 41% des grands groupes (plus de 20 000 salariés) qui semblent les plus enclins à demander ces analyses. Ces chiffres témoignent en fait d’une lutte sérieuse engagée contre l’espionnage industriel et la publication d’informations confidentielles. Lutte non dénuée d’intérêt puisque sur les 44% précédemment cités, 26% de ces grandes entreprises ont conclu au licenciement d’un des membres de leur personnel pour violation du règlement intérieur et de l’usage de la messagerie.

La messagerie constitue, il faut l’admettre, l’un des moyens de communication externe les plus faciles à contrôler ; ce qui peut expliquer de tels chiffres à la fois pour les entreprises sondées et pour les personnes licenciées. Avec le développement des nouveaux appareils de communication (mobiles gérant la photo et la vidéo) et celui des plates-forme communautaires, il devient de plus en plus difficile pour les entreprises de contrôler les informations qui sortent de leur enceinte.