Tag Archives: développement

Yahoo pourrait renoncer à Zimbra… Microsoft en cause ?

En 2007, Yahoo avait acquis pour 350 millions de dollars la société Zimbra, connue essentiellement pour sa suite de messagerie collaborative open-source, Zimbra Collaboration Suite.

Aujourd’hui, la compagnie américaine de services Internet serait sur le point de se séparer de l’éditeur. D’après le JDN, cette prochaine cession, qui viendrait s’ajouter à plusieurs ventes effectives de services, contribuerait à un effort important de communication (une campagne de pub à l’échelle mondiale serait en cours de lancement – son coût, 100 millions de dollars).

Messagerie électronique perspective 2009-2013, tendances & usages

En cette période de rentrée, il semble tout à fait approprié de s’interroger sur les orientations prochaines de la messagerie électronique en terme d’évolutions et d’axes de développement.

Pour prendre de la hauteur sur un marché en pleine expansion, nous nous sommes intéressés au rapport du Groupe Radicati intitulé “Prospective des usages de l’email” dont les principaux résultats sont accessibles sur le site d’Arkantos Consulting. L’enquête se base sur différentes recherches en cours. Pour correspondre au plus près de la réalité, la firme américaine d’étude de marché a choisi de confronter les informations recueillies à diverses études portant sur des marchés et des segments hétérogènes de l’industrie informatique.

2009 ou l’année des Smartphones

  • 20%, c’est l’augmentation du nombre de smartphones vendue en 2008, soit 152 millions contre 127 millions en 2008 (source: Strategy Analytics).
  • 32%, c’est l’augmentation du secteur des smartphones.

Ces deux statistiques sont assez éloquentes sur l’engouement pour les smartphones ,qui progressent

Nokia favorise la mobilité avec l’arrivée de terminaux à 100 euros

image nokia 2730Une fois n’est pas coutume de parler des nouveautés en matière de téléphonie mobile.
Attendu pour le 3ème trimestre 2009 sur le marché français, deux mobiles signés Nokia vont très certainement trouver leur public. Design et compact, ces téléphones annoncés à des tarifs très abordables proposent néanmoins l’essentiel des fonctionnalités requises aujourd’hui pour un mobile. L’un des ces mobiles est le 2730 Classic (prix de vente annoncé 109 euros TTC) dont voici un condensé de ses fonctions :

- accès haut débit 3G
– appareil photo 2 mégapixels
– compatible ovi mail (service de messagerie mobile de Nokia)
– 2Go de mémoire
– écran 2” (résolution 320×240 pixels)

En route vers une interface standardisée des services VVM

VVM, quid?
Abréviation de Visual Voicemail, VVM désigne la messagerie vocale visuelle. Sous cette terminologie, il faut comprendre un service de lecture de répondeur nouvelle génération. Les messages vocaux sont matérialisés sous forme d’une liste où figurent les auteurs et dates de réception de chaque message.

Ce service présente l’avantage d’optimiser la gestion des messages vocaux et d’en faciliter la lecture.  Pour consulter le énième message de votre répondeur, il n’est plus nécessaire d’écouter l’ensemble de votre  boîte vocale. Il vous suffit simplement de sélectionner le message désiré.
Si pour une raison quelle qu’elle soit vous avez besoin de réentendre le message, inutile de le ré-écouter en entier. Le service permet à l’utilisateur de sélectionner une séquence en particulier.
Fonctionnalité supplémentaire, la sauvegarde des messages : il est appréciable de pouvoir conserver sans manipulation aucune ses messages.

Quand l’infidélité à Microsoft paie…

En renonçant à Microsoft Exchange Server au profit d’une solution alternative, l’éditeur de logiciels de développement web, Serena Software, pourrait réaliser une économie annuelle de 750 000 dollars. Selon Clint Boulton, auteur de l’article “Messageries : Serena Software abandonne Exchange pour Gmail“, l’éditeur envisage ainsi de diviser par quatre les coûts de son pôle messagerie. Ces frais, dus notamment à l’acquisition de licences, sont dans le cas présents réduits en privilégiant des solutions externalisées. L’ensemble des applications et données sont hébergées sur les serveurs du prestataire (Serena Software a fait le choix de Google Gmail) et reste accessible par les utilisateurs via Internet. Cette méthode présente l’avantage de réduire considérablement les coûts de messagerie et de déléguer la maintenance des serveurs. Un avantage certain qui pèse lorsque le choix du prestataire est remis en question.

Communiquez tendance, communiquez mobile et asynchrone

Dans la 5ème édition de son étude des comportements du grand public face aux services des TIC, l’Institut de l’Audiovisuel et des Télécommunications en Europe (IDATE) nous éclaire sur les modes de communication des jeunes actifs. Il en ressort les tendances suivantes :

GMail for mobile : Google déconnecté…

L’application de messagerie pour téléphones mobiles de Google, GMail for mobile, passe en version 2 et colle désormais à l’utilisation courante d’un mobile, soit le fait que ce dernier n’est pas connecté en permanence au réseau de l’opérateur.

En effet, jusqu’à présent, et donc depuis la distribution du logiciel en décembre 2005, GMail for mobile ne permettait pas de rédiger et d’envoyer un email de réponse sans que le mobile de l’utilisateur soit connecté à Internet. Une curiosité, surtout si l’on considère le fait qu’en 2005, les offres de connexion illimité en 3G+ ne couraient pas vraiment les rues pour la cible grand public que vise surtout GMail…

C’est donc pour ce mois d’octobre 2008, avec le développement en parallèle de ce genre d’offres chez les opérateurs mobiles, que Google propose désormais un mode déconnecté pour la consultation de sa messagerie. Les utilisateurs de mobiles BlackBerry ou de mobiles sous Java peuvent télécharger cette nouvelle version de l’application, qui leur permettra donc de rédiger des messages sans connexion préalable et de les envoyer dès que celle-ci aura été établie par l’utilisateur.

Interviews du responsable de Mozilla Messaging sur Thunderbird 3

Dorénavant attendue dans le courant du premier semestre 2009, la version finale de Thunderbird 3 est évoquée au cours de deux interviews, publiées sur le Web, de David Ascher, Directeur de la filiale Mozilla Messaging, de la Fondation Mozilla.

Les propos échangés, et recueillis par 01net dans le premier entretien, nous apprennent ainsi que la future version du client de messagerie reprendra une bonne partie des nouvelles technologies intégrées à Firefox 3 (moteur Gecko, système d’extensions). L’extension Lightning, ajoutant un système d’agenda, fera désormais partie intégrante du logiciel. Les onglets devraient également faire leur apparition, ainsi qu’un moteur de recherche performant, basé sur le contenu des emails mais aussi sur des méta données ajoutées par l’utilisateur.

David Ascher en profite aussi pour revenir sur l’intérêt que gardent encore les clients de messagerie sur les Webmails. Cette question est cependant un peu plus développée dans la seconde interview, réalisée par Clubic, où sont évoqués les solutions de mode déconnecté des Webmails (telles que Google Gears) et les développement de plug-in de messagerie pour navigateurs Web (comme Snowl, pour Firefox). L’interview de Clubic détaille un peu plus l’organisation interne de Mozilla Messaging et les échanges avec les équipes de Firefox.

En attendant, la version 2.0.0.17 de Thunderbird reste téléchargeable depuis le blog.

Le client lourd : nerf de la guerre entre serveurs de messagerie ?

En tout cas, il semble bien y tenir une place prépondérante, comme l’explique Steve J. Vaughan-Nichols dans la conclusion d’un article publié sur LinuxWorld.com.au.

Selon Vaughan-Nichols, la domination de la solution de messagerie Microsoft Exchange a été notamment rendue possible par le quasi-monopole d’utilisation du logiciel Outlook en environnement professionnel. Alors que d’autres solutions Open Source, comme le navigateur Mozilla Firefox ou la suite bureautique Open Office, jouissent d’une assez bonne notoriété, le rédacteur regrette que les solutions de messagerie n’aient pas bénéficié du même soutien, que ce soit de la part de la communauté ou de la part des organismes fondateurs qui en assurent le développement logiciel.

Une combativité moins importante du monde du Libre sur cette question qui aurait permis à Microsoft de s’implanter de manière très importante, avec une solution propriétaire (l’interface MAPI d’Outlook étant complètement fermée).

Si la Commission Européenne a pu forcer Microsoft à rendre public une partie de ses interfaces de programmation, dans les faits, le développement de la solution OpenChange (qui doit apporter une intéropérabilité parfaite entre les serveurs de messagerie Open Source et les clients Outlook) avance beaucoup trop lentement, selon l’auteur. Par ailleurs, les serveurs de messagerie Open Source ne parviendraient pas non plus à se hisser au niveau des facilités d’administration rendue possibles par un couple Exchange/Outlook.

Et Vaughan-Nichols de conclure que si l’Open Source peut espérer grignoter aujourd’hui quelques parts de marché aux solutions de Microsoft, c’est en prenant exemple sur des services de messagerie orientés Web, tels que Google GMail ou Zimbra Collaboration Suite.

Pour autant, l’avenir des solutions basées entièrement sur un client Web n’est pas complètement assurée. De même qu’à travers le projet Mozilla Messaging, la Fondation Mozilla semble prendre la mesure de l’importance d’un bon développement et d’un suivi appuyé autour d’un client de messagerie Open Source.

En outre, on pourrait objecter certaines choses sur l’état d’avancement du projet OpenChange. Si celui-ci se trouve effectivement retardé par l’arrivé de Samba 4, la communauté grandit autour de la solution. Des organismes privés, comme d’ailleurs la société Alinto, ont parfaitement assimilé les besoins des entreprises qui cherchaient à se libérer des solutions Microsoft. Et elles investissent aujourd’hui une partie de leurs moyens afin de soutenir et accélérer les développements d’OpenChange et Samba 4.