Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on 27, Avr 2009 in Autour du mail, Revue de presse | 0 comments

SPAM, message à effet de serre

Révélé dans un rapport publié par McAfee et ICF International (cabinet conseil), notre environnement serait menacé par une pollution insoupçonnée. Ce fléau d’un genre nouveau n’est autre que le message spam, si connu malheureusement de nos boîtes aux lettres électroniques.

D’après le rapport « The Carbon Footprint of Email Spam Report » (consultez la version PDF), on estime à 62 milliards le nombre total de courriers indésirables sur 2008. Le « cycle de vie » des spams (de la création à la suppression du message) engloutirait 33 milliards de kilowattheure par an. Pour avoir un ordre d’idée, cette moyenne équivaut à la consommation d’électricité de 24 millions de foyers américains ainsi qu’aux émissions de gaz à effet de serre de 3,1 millions de voitures. On apprend également que la moyenne d’émission de CO2 d’un seul spam est de 0,3 gramme.

Le rapport met en évidence les fortes dépenses de temps et d’énergie générées par les actions de visualisation et/ou de suppression de ces messages intempestifs. Et souligne le bénéfice de l’intégration d’un filtre message anti-spam contribuant à la réduction de ces dépenses. Au-delà de l’intérêt commercial évident pour McAfee, cette étude a le mérite de nous ouvrir les yeux sur l’impact environnemental de la moindre de nos actions, même les plus insignifiantes.

Mais avant de nous affoler sur les effets nocifs du spam sur l’environnement, il serait bon de s’intéresser aux méfaits des « spams papier ». Son cycle de vie est sûrement plus impactant qu’un document électronique. Il s’agit des prospectus qui envahissent les boîtes aux lettres physiques mais également les fax publicitaires transmis à tout va.

Si pour les boîtes aux lettres l’on peut freiner cette déferlante de prospectus en collant simplement un « stop pub », pour le fax il existe également une solution simple et très pratique, le FAX TO MAIL. Les fax sont réceptionnés via votre messagerie électronique comme un email. Le document est disponible en format pdf donc déjà numérisé. Les messages indésirables ne sont ainsi pas imprimés. Il n’est plus nécessaire d’avoir un terminal dédié avec ses consommables. Une véritable démarche économique et écologique!

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *