Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on 8, Déc 2008 in Business, Messagerie | 0 comments

Quand l’infidélité à Microsoft paie…

En renonçant à Microsoft Exchange Server au profit d’une solution alternative, l’éditeur de logiciels de développement web, Serena Software, pourrait réaliser une économie annuelle de 750 000 dollars. Selon Clint Boulton, auteur de l’article « Messageries : Serena Software abandonne Exchange pour Gmail », l’éditeur envisage ainsi de diviser par quatre les coûts de son pôle messagerie. Ces frais, dus notamment à l’acquisition de licences, sont dans le cas présents réduits en privilégiant des solutions externalisées. L’ensemble des applications et données sont hébergées sur les serveurs du prestataire (Serena Software a fait le choix de Google Gmail) et reste accessible par les utilisateurs via Internet. Cette méthode présente l’avantage de réduire considérablement les coûts de messagerie et de déléguer la maintenance des serveurs. Un avantage certain qui pèse lorsque le choix du prestataire est remis en question.

L’exemple de cet éditeur confirme ainsi qu’un nombre croissant d’entreprises n’hésite plus à faire le choix de suites collaboratives différentes du géant Microsoft .

Dans son livre blanc « Usages et besoins des utilisateurs et des administrateurs de messagerie et d’outils collaboratifs« , Alinto met en exergue les tendances actuelles en terme de messagerie et outils collaboratifs. Il en ressort que le mode de gestion de la messagerie (externalisée, infogérée ou en interne) dépend de l’effectif de l’entreprise autrement dit du nombre de compte de messagerie. Ainsi, les entreprises de moins de 250 employés ont davantage recours à l’externalisation ou l’infogérance en raison des atouts économiques et de compétences que ces 2 modes présentent.

Contrairement en France où le mouvement serait plutôt stagnant, Alinto constate que le marché de la messagerie externalisée tend à se déployer fortement au niveau mondial dans les entreprises de plus de 250 salariés. Les raisons de cette progression serait due essentiellement :

– aux contraintes de gestion des environnements technologiques par les entreprises comme la sécurité ou encore le stockage

– à une confiance accrue des entreprises envers les prestataires de services.

Pour un regard plus étendu sur les usages et besoins des utilisateurs et administrateurs de messagerie et d’outils collaboratifs, je vous invite à consulter le livre blanc.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *