Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Nos articles les plus récents

Thunderbird toujours plus sûr

Posted by on 6, Août 2008 in Logiciels & Webmails, Sécurité | 0 comments

Le célèbre client de messagerie Open Source de la Fondation Mozilla se voit passer en version 2.0.0.16 et vient combler 8 failles de sécurité, jugées peu critiques par ces développeurs. Pour autant, la mise-à-jour reste chaudement recommandée compte tenu du fait que certaines des corrections ont pour but d’empêcher l’exécution à distance de codes malicieux.

Cette mise-à-jour mineure du client lourd intervient à quelques mois de la sortie de Thunderbird 3, prochaine version majeure du logiciel, avec l’intégration d’un agenda issu du fameux plug-in de calendrier, Ligthning, utilisé avec Thunderbird 2.

Cette version 3, dont la première beta est attendue pour l’automne, concrétisera les premiers efforts du projet Mozilla Messaging qui, à l’image de la dernière version 3 du navigateur Firefox, ambitionne de renouveler profondément le client de messagerie et le rapport de l’utilisateur avec ses emails.

Quand la messagerie électronique dépasse les bornes

Posted by on 29, Juil 2008 in Autour du mail, Messagerie, Mobilité | 0 comments

Les solutions de messagerie électronique connaissent à ce jour une véritable révolution et tendent à s’affranchir des modes de consultation traditionnels jusqu’alors utilisés. Elles doivent en effet prendre en compte le décloisonnement intégral de l’univers de restitution classique.

Outil de productivité unanimement reconnu et indispensable dans la gestion quotidienne des échanges entre les entreprises, les solutions de messagerie et leur galaxie d’outils associés (agenda, annuaire,…) connaissent à ce jour une véritable révolution et tendent à s’affranchir des modes de consultation traditionnels jusqu’alors utilisés.

En effet, plutôt orientées postes fixes pour un usage « sédentaire », les messageries modernes doivent aujourd’hui prendre en compte les nouveaux usages et s’adapter à des formats qui tendent à évoluer progressivement vers un décloisonnement intégral de l’univers de restitution classique.

Afin d’illustrer notre propos, nous allons au travers de différents exemples mettre en lumière des domaines d’applications complémentaires (certains étant d’ores et déjà adoptés et reconnus comme un « must have » et d’autres, plus prospectifs, mais qui commencent à donner de premières applications en phase avec l’évolution des mentalités, des usages et des équipements mobiles : Machine 2 Machine…).

L’un des exemples les plus marquants de la nouvelle forme de « consommation » de la messagerie est celui de la mobilité professionnelle. En effet, il y a encore 2 ans, la mobilité était encore réservée à une population professionnelle avertie qui utilisait la messagerie en environnement mobile (notons qu’il y a encore peu de temps le coût du service ou plutôt de la connexion et du matériel représentait un frein pour des déploiements à grande échelle).

Désormais l’accessibilité des matériels (smartphone, PDA, ordinateur portable…) et des réseaux (3G, infrastructures convergentes…) contribuent à banaliser l’usage de la messagerie. Il faut également compter avec l’évolution des mentalités, des usages et des modes de travail nomades et décentralisés.

Prendre le train, aller au restaurant, attendre un avion… autant d’exemples parlants ! En effet, il suffit de jeter un coup d’oeil vers les utilisateurs de PC et de téléphones connectés pour entrapercevoir un webmail ou un environnement de messagerie Outlook, Thunderbird… N’oublions pas non plus qu’à l’heure du web 2.0 voire du web 3.0 professionnel où la dimension de travail collaboratif est un fondement de cette approche, les notions de communication sont incontournables. En ce sens la messagerie doit être accessible en tout lieu.

Ce besoin au départ professionnel se banalise progressivement comme  nous avons pu le constater lors du Mobile World Congress 08 où la prochaine évolution du marché mobile semblait se diriger :  Internet. Et quelle application tire les usages pour plus de 66 % des mobilnautes ? La consultation et l’envoi d’emails depuis son mobile !

Au-delà de ce premier élément qui semble aujourd’hui assez largement adopté ou tout du moins transposable dans les grands comptes comme dans les PME à court terme, d’autres domaines d’application apparaissent et laissent augurer les prémices de la messagerie de demain. Parmi les dernières tendances, se distinguent les initiatives libérant totalement l’utilisateur des modes de consultation traditionnels.

Cette évolution s’explique par exemple par l’arrivée de nouveaux équipements (robots, équipements du bureau et de la maison…) et les réalisations de type Machine 2 Machine (avec le Wi-Fi, Bluetooth, RFID, CPL…).

La messagerie sort alors intégralement du bureau de travail traditionnel pour devenir totalement vocale et intégrée à un cadre de travail plus dynamique. Nous entrons de fait de plain-pied dans le monde des assistants personnels de demain qui, comme on le sait, intégreront le monde de l’entreprise non pas de manière ludique mais professionnelle avec une adaptation aux besoins et spécificités métiers de ces dernières.

A ce jour, des initiatives industrielles menées avec des spécialistes des « mobile devices » sont d’ores et déjà une réalité opérationnelle en production à une échelle réduite. Ainsi le célèbre lapin communicant Nabaztag est désormais capable non seulement de vous alerter en cas de message important mais également de vous lire à haute voix vos prochains rendez vous.

Au vu de l’accélération exponentielle des délais de mise à disposition sur le marché, ce qui fait  rêver aujourd’hui sera vraisemblablement réel dans les 5 prochaines années.

De plus, des projets de bureaux virtuels et interactifs sont aujourd’hui à l’étude. Prenons l’exemple du bureau communicant qui, une fois qu’un collaborateur s’installera, lui proposera automatiquement d’accéder sans aucune manipulation clavier à sa messagerie (l’interaction vocale sera alors un élément déterminant). Il pourra en être de même dans une voiture…. Les objets se transforment donc pour être communicants , accessibles et mieux adaptés, ce n’est plus l’homme qui s’adapte aux technologies mais bien l’inverse.

En constante ébullition, les outils de messagerie continuent donc leur transformation et sortent des sentiers battus pour répondre aux nouveaux usages du marché. Etant positionnés parmi les fondamentaux et les principaux outils de productivité des entreprises, ils devraient à très court terme s’intégrer dans de nouveaux environnements plus dynamiques qui contribueront à faire entrer la messagerie professionnelle dans l’univers des « assistants de demain ». Un nouveau chantier d’envergure technologique et comportementale pour les DSI des entreprises.

Publié dans le JDNet du 23/05/08

Les mails Pro victimes de la fracture numérique ?

Posted by on 11, Juil 2008 in Business, Messagerie | 0 comments

Retour sur une actualité publiée en février par Le Monde Informatique. Au début de l’année, le journal en ligne faisait part à ses lecteurs d’une enquête menée par l’agence de conseil marketing OpenedMind en partenariat avec Microsoft. L’enquête révélait que, malgré une progression de la part des Très Petites Entreprises en France ayant ouvert un site à leur nom, leur visibilité sur le réseau des réseaux reflétait une nette différence entre les TPE les plus jeunes situées en région parisienne et les autres.

Une disparité qui influe directement sur le nombre de créations de boîtes mails pro et, par conséquent, le marché de la messagerie professionnelle en France. La plupart des TPE de province se constitueraient effectivement des adresses mails professionnelles avec des services de messagerie grand public comme ceux de Yahoo! ou de Hotmail. Si cela ne constitue évidemment rien de grave en soit, l’absence d’une messagerie professionnelle à son nom reste souvent perçue par le client comme un manque d’infrastructure dédiée dans l’entreprise et un défaut marketing en terme d’image de marque.

Si l’on peut se féliciter que la part des TPE disposant d’une adresse professionnelle se trouve être tout de même légèrement supérieure à celle des TPE disposant d’un site dédié (40% contre 38% selon cette enquête), on ne peut s’empêcher de penser que la conséquence de cette disparité si marquée n’aurait aucun lien avec la fameuse fracture numérique dont il est question en France.

Il y a fort à parier que le manque d’infrastructures réseaux haut-débit dans certaines provinces renforcent aussi le manque d’information sur des services informatiques adaptés aux TPE. Des « zones d’ombres » qu’il serait bon de combler suffisamment tôt avec les prochains réseaux WiMax, avant que l’arrivée de la fibre optique dans les grandes villes ne vienne encore élargir la fracture numérique pour la transformer en trou béant (certaines zones, en France, ne disposent encore de l’accès à Internet que par modem 56K).

Or, les nouveaux réseaux de communication haut-débit, mobiles ou informatiques, transforment déjà petit à petit les usages que nous faisons de la messagerie et génèrent de nouvelles applications (Webmail 2.0, messagerie mobile en Push mail, synchronisation des contacts et des calendriers).

L’externalisation des messageries en forte croissance

Posted by on 8, Juil 2008 in Business | 0 comments

Selon l’analyste Mattew Cain du du Gartner group (The Impact of SaaS on E-Mail Applications) la part de marché des messageries hébergées devrait passer de 1% à 20 % en 2012. A l’heure actuelle ce sont plutôt les PME et TPE qui utilisent ce mode de fonctionnement popularisé avec l’externalisation : le SaaS (Software as a Service). La baisse des prix liée à la généralisation de ces offres , l’arrivée d’acteurs majeurs tels que Microsoft ou Google vont permettre d’évangéliser ce marché et surtout son appropriation par les grands comptes.

Cette tendance serait confirmée par les acquisitions des grands acteurs ces derniers mois : Google/Postini, Yahoo/ Zimbra et plus récemment DELL/MessageOne.

Même si selon l’article certains DSI restent fidèles à une gestion de leur messagerie en interne, l’évolution des besoins (mobilité, rétention des messages), devraient selon Cain pousser les DSI à plus se préoccuper de la gestion organisationnelle des messageries plutôt que de leur hébergement technique.

Les limites de la stratégie Google ?

Posted by on 3, Juil 2008 in Business, Messagerie | 0 comments

Sans aller jusqu’à dire que le géant des moteurs de recherche chancèle sous le vent de la bisbille médiatique, deux actualités récentes nous montrent que dans sa volonté de proposer du tout gratuit, les services de Google cachent certaines faiblesses.

Le premier exemple a pour origine une affaire judiciaire initiée par une petite société de 5 personnes. En effet, la bien nommée LimitNone a récemment porté plainte contre Google en lui demandant près d’un milliard de dollars de dommages et intérêts pour violations de contrat et de propriété intellectuelle.

Selon LimitNone, le géant des moteurs de recherche aurait en effet développé Google Email Uploader, un logiciel destiné à rapatrier emails, contacts et calendriers créés et gérés depuis un client de messagerie local sous Windows. Or, le produit final de Google s’avérerait fortement inspiré du logiciel gMove, pour lequel LimitNone avait passé un contrat de licence auprès de Google.

Une affaire qui ternit quelque peu l’image de la firme de Mountain View, et ce d’autant plus qu’elle est fortement impliquée dans des projets communautaires Open Source (dont les codes Libres se retrouvent parfois illégalement dans des logiciels propriétaires payants).

Un fait qui en appel un autre : l’anecdote des limites d’envois d’emails depuis un compte GMail. Le blog Google Operating System nous en dévoile ainsi quelques unes :

  • l’envoi de 500 mails par jour à 500 adresses uniques

  • l’envoi d’un seul mail à un groupe de 500 adresses uniques par jour

  • l’envoi d’un total de 2000 mails par jour à raison de 4 envois d’un seul mail au même groupe de 500 adresses uniques

  • l’envoi d’un seul mail à 100 adresses uniques par jour lorsque vous effectuez un envoi en IMAP ou en POP depuis un client de messagerie local

Au delà de ces limites, ou si le nombre de mails d’erreur en retour est trop important (à cause de boîtes mails non actives, ou d’erreurs dans la transcription des adresses), Google désactive le compte GMail pendant 24h.

Ces limitations se comprennent dans le cadre d’une lutte contre l’envoi de spam mais le problème est qu’elles affectent également les utilisateurs professionnels de Google Apps. Or, Google ne fait état d’aucune page listant l’ensemble des limitations liées aux comptes GMail.

Des actualités qui permettent d’alimenter encore une fois le débat sur la pertinence de la stratégie de financement de Google.

En effet, dans le premier exemple, Google semble vouloir faire profiter gratuitement à ses utilisateurs d’un service normalement payant et en relation avec des logiciels propriétaires.

Dans le deuxième exemple, Google a concsience qu’un service de Webmail gratuit et populaire attirent les convoitises. En particulier celles des spammeurs, prêts à innonder les bases de données utilisateurs de Google de messages publicitaires. Pourtant, si les besoins en terme de messagerie sont bien différents entre utilisateurs particuliers et utilisateurs professionnels, Google ne fait aucune distinction et leur applique des restrictions identiques (par contrainte technique ?).

Faut-il voir dans ces deux faits relatés par plusieurs sites web les limites du modèle du « tout gratuit » ?

Si le débat sur la stratégie de Google peut apparaître comme non-avenu à la vue de la santé financière du groupe, la question n’en reste pas pour autant dénuée d’intérêt sachant les nouveaux objectifs de rentabilité que la firme vient tout juste d’imposer à sa filliale YouTube.

L’email, facteur important de technostress

Posted by on 2, Juil 2008 in Autour du mail, Messagerie | 0 comments

Le phénomène est encore assez méconnu et il prend pourtant de l’ampleur chaque année, à mesure que les enquêtes auprès des employés et des cadres se multiplient. Déjà identifié en tant que maladie, le technostress se manifeste plus particulièrement, dans le milieu professionnel, chez les cadres (une catégorie de salariés habitués à utiliser les nouvelles technologies).

Selon Wikipedia, cette maladie moderne se reconnaîtrait au travers de symptômes tels que des maux de têtes, de la fatigue mentale, de la dépression, des cauchemars, ainsi qu’un caractère irritable du souffrant et une propension à la panique de ce dernier. Toutes ces pathologies témoignent du caractère d’anxiété, prépondérant dans la définition du stress au travail.

Le technostress en est une variation où les nouvelles technologies de communication, et notamment l’email, peuvent en constituer l’élément déclencheur et le facteur aggravant. Ainsi, France Info s’intéresse, dans la chronique quotidienne de Sébastien Baer, à développer le sujet du technostress, suite à la dernière réunion prévue aujourd’hui au Ministère du Travail, avec les partenaires sociaux, pour la détection et la prévention du stress au travail (la chronique radiophonique peut être écoutée sur le page de France Info mise en lien).

Les attitudes dûes aux effets du stress rendent d’ailleurs certains salariés complètement dépendants de leur messagerie, comme dans le cas de cette femme, citée dans la chronique radio, allant jusqu’à rafraîchir 40 fois par heure sa boîte mail dans l’attente de nouveaux messages !

Sans même évoquer les problèmes de tri de spam qui arrivent en quantités faramineuses dans les boîtes mail professionnelles, ces phénomènes de dépendance engendrent des pertes de productivité qui influent de manière importante sur l’efficacité de certaines entreprises.

Les effets liés au technostress devraient faire l’objet d’une reconnaissance et d’une prévention particulière dans le rapport que rédigera le Ministère du Travail avec les partenaires sociaux.

Zenbe, le Webmail 2.0 dans sa nouvelle version

Posted by on 1, Juil 2008 in Logiciels & Webmails | 0 comments

L’équipe de développement new-yorkaise de Zenbe vient d’apporter plusieurs nouveautés et correctifs à son Webmail, encore qualifié en tant que version beta, mais déjà très avancé.

Zenbe se veut être un Webmail simple, beau et orienté Web 2.0. Il permet de récupérer et de gérer en ligne les mails de ses différents comptes AOL, GMail, Yahoo! Mail ou encore Windows Live à travers une interface épurée.

L’interface de Zenbe est divisée en 3 parties : une colonne de gauche pour la gestion du contenu, une page principale comportant 4 onglets (Mail, Calendrier, ZenPages et Fichiers) et une colonne de droite à l’aspect communautaire et aux applications tierces (la Quick View). Car la nouveauté introduite par Zenbe est de favoriser directement au sein du Webmail l’échange communautaire.

Ainsi, les ZenPages sont des espaces personnels qui peuvent être consultés par d’autres utilisateurs Zenbe et pour lesquels il est possible d’y ajouter du contenu multimédia (comme un plan Google Maps ou une galerie Flicker). L’onglet Fichier sert quant à lui à rendre disponible en ligne des documents pour ses contacts ou pour soi-même ; alors que la colonne de droite permet à des développeurs et éditeurs tiers de proposer leurs propres modules pour Zenbe. Les utilisateurs de Zenbe ont aujourd’hui la possibilité, via ce système de modules, de voir directement leurs contacts FaceBook ou de dialoguer avec leurs amis sous Gtalk ou Twitter.

Offrant 4Go d’espace de stockage, Zenbe envisage de rester un service gratuit, uniquement financé par la publicité qui serait introduite sur les ZenPages.

Les nouveautés apportées au Webmail Zenbe sont les suivantes :

  • Support du client de messagerie Twitter dans Quick View
  • Réseaux de contacts – grouper vos contacts pour faciliter vos envois d’emailing
  • Support des liens de type webcal:// et https:// lors de l’import de calendriers en ligne
  • Disponibilité d’un plug-in Firefox pour les notifications du Webmail
  • Nouveau menu pour les emails, incluant une interface intuitive de sélection des tags actifs au sommet de la liste, ainsi qu’un marquage « Non lu » amélioré placé derrière le compteur de non-lus des nouveaux emails
  • Vider la corbeille – la possibilité d’effacer définitivement les éléments taggés en « Supprimé » ou en « Spam »
  • Liste des tâches
    • Les listes de tâches ont été modifiées pour de meilleures performances et pour leur ajouter la possibilité de les renommer
    • La séparation des listes de tâches et des calendriers dans les ZenPages
    • L’ajout de plusieurs listes de tâches au sein d’une page ZenPage
  • Suppression simplifiée des contacts ajoutés automatiquement par Zenbe
  • Possibilité de renommer les tags

Zenbe est déjà défini par certains de ses utilisateurs comme le Webmail de demain. Une visite guidée est disponible sur cette page du site officiel.

Bienvenue sur Demainlemail.com

Posted by on 24, Juin 2008 in Autour du mail | 2 comments

La passion des environnements de messagerie est à l’origine du lancement de ce nouveau projet. Bien qu’édité et animé par les équipes d’Alinto, nous souhaitons que cet espace d’échange reste indépendant, informatif et objectif. Afin de garantir la fraîcheur et la qualité de nos contenus, nous entreprendrons un travail de veille et de synthèse constant et proposerons de nombreux outils favorisant les contributions de nos lecteurs qui deviendront des acteurs de notre blog.

Avec pour principal objectif d’offrir à ses lecteurs une information ciblée et de qualité, le blog www.demainlemail.com combine un ensemble d’informations complémentaires abordant tous les usages liés à la messagerie électronique et à ses évolutions (messagerie instantanée, mobilité, mail 2.0…).

Bonne lecture et soyez nombreux à contribuer !

Philippe Gilbert

Apple à la conquête des Webmails

Posted by on 24, Juin 2008 in Logiciels & Webmails, Messagerie, Mobilité | 0 comments

Apple s’apprête à ouvrir incessamment sous peu son service MobileMe, refonte de son ancienne offre .Mac.

MobileMe s’annonce comme un service de synchronisation permanent et universel, capable d’effectuer du « Push » vers (ou depuis) un iPhone pour des éléments tels que l’email, le calendrier ou les contacts. Changement dans la stratégie d’Apple, MobileMe s’avère également pleinement compatible avec les logiciels de Microsoft que sont Outlook (dans sa version Express ou professionnelle), Windows Contacts et Windows Calendar.

Les fichiers gérés sur MobileMe ne s’en tiennent d’ailleurs pas seulement à pouvoir être accessibles depuis des clients lourds. Constituant l’évolution de .Mac, MobileMe fournit également en ligne l’ensemble de ces services, depuis n’importe quel navigateur, et sous des interfaces Web 2.0, très inspirées des créations logicielles d’Apple déjà intégrées à son système d’exploitation.

Bien que nécessitant un abonnement à l’année de 80€ en France, Apple veut faire de son nouveau service de données personnelles, centralisées sur le Web, un outil destiné au grand public, contrairement à un Microsoft Exchange dont les fonctionnalités avancées resteraient encore cantonnées aux seuls clients professionnels, selon Apple.

Cela étant, malgré l’ouverture d’accès de son service à tout client lourd, MobileMe aura encore à faire ses preuves face aux solutions déjà existantes et à celles, gratuites, que devraient bientôt proposer Google grâce aux interactions possibles entre ses comptes GMail et sa prochaine plate-forme pour téléphones mobiles, Android.

Un nouveau spammeur défait par MySpace

Posted by on 18, Juin 2008 in Sécurité | 0 comments

MySpace, le site communautaire du groupe NewsCorp, vient encore de gagner un procès pour une affaire d’envoi massif de spam à travers son réseau social.

Rappelons en effet qu’il y a tout juste un mois, le site s’enorgueillait d’avoir remporté une bataille juridique contre deux spammeurs dont l’issue fut pour eux la condamnation à l’amende la plus élevée jamais adressée contre des spammeurs, soit 234 millions de dollars (voir aussi notre article : Venir un jour à bout du spam… une utopie ? ).

La nouvelle victime de la « répression anti-spam » est en fait un récidiviste puisqu’il s’agit de Scott Richter, CEO de Media Breakaway, société anciennement connue sous le nom d’OptInRealBig et obligée, en 2006, à verser 7 millions de dollars à Microsoft (dans un arrangement à l’amiable plutôt que dans un procès où la société, déjà endettée, risquait une amende de 50M$), toujours pour des pratiques d’envois de spam illégaux.

Bien que Media Breakaway se félicite de n’avoir été condamnée à payer que 5% de la somme initialement requise par MySpace, la société a décidé de ne pas faire appel de la décision prise par le tribunal du Colorado.

Yahoo! Messenger bientôt compatible avec Google Talk

Posted by on 17, Juin 2008 in Business, Logiciels & Webmails | 0 comments

L’accord de coopération publicitaire signé la semaine dernière entre Yahoo! et Google tente de mettre à l’écart Microsoft et révèle également une future compatibilité entre les services de Messagerie Instantanée Yahoo! Messenger et Gtalk. Ainsi, le client de messagerie de Yahoo! se trouve maintenant compatible avec ceux d’AOL (AIM), de Microsoft (MSN) et de Google. Un accord non négligeable qui oblige le milliardaire Carl Icahn a réajusté quelque peu son point de vue concernant les partenariats possibles avec Google, sans toutefois leur préférer l’option d’un accord de rachats des actions de la firme au moteur de recherche par Microsoft.

Car pour autant, la situation du PDG de Yahoo! est en ce moment particulièrement inconfortable. Outre les assauts répétés d’Icahn au conseil d’administration par lettres interposées, Jerry Yang s’est vu être vertement critiqué par des analystes économiques et la presse américaine pour son refus, il y a plusieurs mois, d’une précédente offre faite par Microsoft et créditant l’action Yahoo! à hauteur de 40$. C’est la stratégie même de Yahoo! par Jerry Yang qui est à présent remise en cause.

Pour certains, cela ne fait même plus de doute et son éviction, au profit d’anciens membres fondateurs (ayant suivi d’autres chemins, depuis), serait déjà programmée lors de la prochaine réunion du conseil d’administration, repoussée et prévue finalement pour le 3 août.

Pour l’heure, Microsoft se dit encore ouvert aux discussions mais semble surtout attendre avec intérêt ce qui ressortira justement de cette fameuse réunion.

Ne dîtes plus emailing !

Posted by on 6, Juin 2008 in Autour du mail, Business | 0 comments

Ou alors, payez les droits qui s’imposent, comme l’a récemment découvert Guillaume le Friant, président de la société MessageBusiness, en interrogeant les services de Google Adwords !

En effet, la société française Ludopia Interactive commence à faire valoir ses droits sur le terme d’ « emailing », qu’elle a fait enregistrer auprès de l’INPI en 2005, pour son utilisation dans le monde (exception faite d’enregistrements aux Etats-Unis et au Canada). A moins qu’une action en justice ne soit menée d’ici peu, l’utilisation du terme « emailing » sera donc bientôt soumise à une licence, dont Ludopia n’a pas encore fait connaître le coût.

Outre l’étonnement qu’une telle action suscite au sein de la profession, la société MessageBusiness a choisi de prendre les devants en publiant sur son site une pétition en ligne pour que le mot redevienne un terme générique.

En attendant, l’utilisation des termes « e-mailing » ou « mailing » reste encore pleinement libre.

La nouvelle version de Funambol compatible BlackBerry

Posted by on 2, Juin 2008 in Logiciels & Webmails, Mobilité | 0 comments

Funambol, le fameux logiciel Open Source de synchronisation des contacts, emails ou encore calendriers, vient de sortir dans une nouvelle version notamment compatible avec les SmartPhone BlackBerry.

Le logiciel consiste en l’association de deux composants : le premier permettant du « Push » email depuis tout serveur de messagerie POP ou IMAP (y compris les services de messagerie Hotmail, Gmail, Yahoo! Mail et bien entendu Alinto) et le deuxième permettant la synchronisation sans-fil de données personnelles, telles que le carnet d’adresse ou le calendrier, avec un serveur Funambol.

L’avantage de Funambol est d’autoriser ce type de synchronisation et de réception des emails avec des serveurs Microsoft Exchange, Lotus Domino ou Alinto, via les réseaux des opérateurs mobiles, par un moyen autre que BlackBerry Entreprise Server, la solution propriétaire du fabricant de SmartPhones, Research In Motion (RIM), qui était réservée aux trois principaux éditeurs américains.

Unbound 1.0.0 pour renouveler les logiciels DNS

Posted by on 29, Mai 2008 in Experts | 0 comments

La société hollandaise NLnet Labs vient de finaliser son alternative à BIND, le célèbre logiciel de serveur DNS. Edité sous licence BSD, Unbound 1.0.0 s’annonce en tant que solution Open Source modulaire de résolution de noms de domaine, incorporant déjà la prise en charge d’IPv6 et la suite d’extensions de communications sécurisées DNSSEC.

Le logiciel serveur a été en premier lieu conçu en 2004 par Jakob Schlyter, de la société Kirei, et Roy Arends, de Nominet. Le projet a ensuite été soutenu par VeriSign et ep.net, qui avaient l’intention d’en faire un logiciel développé sous Java, avant qu’il ne soit finalement récupéré par la société NLnet Labs, en 2006, pour être entièrement réécrit en C et répondre à des besoins de hautes performances de mise en cache.

Un logiciel susceptible d’intéresser tous les administrateurs de serveurs de messagerie, la résolution de noms de domaine (DNS) étant essentielle dans le processus d’échanges de courriers.

Alerte phishing : les salariés anglais peu vigilants quant aux emails reçus

Posted by on 28, Mai 2008 in Sécurité | 0 comments

Silicon.fr nous rapporte une enquête réalisée par Websense, l’éditeur en solutions de filtrages Web, selon laquelle 31% des salariés anglais estiment normal qu’une protection seulement partielle soit appliquée à leurs courriers électroniques.

Mais certaines données révélées font montre d’un manque d’information grave sur l’ensemble des personnes interrogées par Websense. Ainsi, alors qu’elles sont 26% à ne pas savoir si leur boîte dispose d’une protection anti-spam et 18% à ignorer être protégées contre le phishing, elles sont malgré tout 33% à ouvrir des emails d’expéditeurs inconnus et 22% à avouer cliquer sur les liens qu’ils contiennent !

Des chiffres qui s’expliquent aussi par le fait qu’elles sont 67% à estimer que la sécurité entourant leurs boîtes mail ne relève que de la seule responsabilité du Service Informatique de leur entreprise. Or, les méthodes modernes de récupération de données personnelles, comme le phishing, ont justement pour objectif de se camoufler à travers l’utilisation que nous faisons de l’informatique au quotidien, pour ne se rendre dépendantes que des comportements d’utilisateurs mal informés. Par conséquent, quelles que soient en général les protections employées par les Services Informatiques (souvent jugées trop restrictives par les utilisateurs) pour sécuriser les outils des employés, leurs efforts peuvent être rapidement réduits à néant, notamment du fait d’un manque d’information de la part des salariés sur l’évolution des techniques de spam et d’infection par mail.

Les risques n’étant pas seulement grands pour le poste informatique du salarié mais aussi pour l’entreprise, avec la probabilité de voir certaines données confidentielles récupérées, nul doute qu’il faille s’attendre à voir les boîtes mails de plus en plus contrôlées en milieu professionnel.

Microsoft en passe d’acquérir définitivement Yahoo ?

Posted by on 27, Mai 2008 in Business | 0 comments

De nouvelles rumeurs font finalement bel et bien état d’un possible rachat de l’ensemble de Yahoo par Microsoft. L’éditeur de Seattle serait prêt à renchérir sa dernière offre d’un dollar par action, soit 34$, pour un montant total avoisinant les 50 milliards de dollars.

Si Microsoft se refuse à tout commentaire concernant ces rumeurs, elles confirment en tout cas une certaine fébrilité autour des actionnaires de Yahoo et des opinions émises concernant l’avenir à donner à la firme.

Outre l’acquisition des technologies logicielles de la régie publicitaire (comme SmartAds), pour lesquelles Microsoft montrait un intérêt particulier, le rachat de la firme au moteur de recherches par LE représentant des logiciels propriétaires amène également certaines questions et inquiétudes auprès des clients qui ont fait le choix des logiciels Libres édités par Yahoo sous sa propre licence, la Yahoo Public Licence 1.0. Si un tel rachat venait à être finalisé, l’avenir en tant que Logiciels Libres de solutions comme Zimbra, tout juste évoqué hier sur notre blog, pourrait être remis en question.

Forrester Research: Les emails des employés particulièrement surveillés aux USA

Posted by on 27, Mai 2008 in Messagerie | 1 comment

Selon une étude menée par l’institut Forrester Research et l’éditeur de solutions de sécurité pour email ProofPoint, 44% des grandes entreprises américaines de plus de 1 000 salariés ont avoué avoir rémunéré une activité d’analyse des mails sortants de leurs employés sur une période d’un an.

Il est intéressant de noter que ce sont d’ailleurs 41% des grands groupes (plus de 20 000 salariés) qui semblent les plus enclins à demander ces analyses. Ces chiffres témoignent en fait d’une lutte sérieuse engagée contre l’espionnage industriel et la publication d’informations confidentielles. Lutte non dénuée d’intérêt puisque sur les 44% précédemment cités, 26% de ces grandes entreprises ont conclu au licenciement d’un des membres de leur personnel pour violation du règlement intérieur et de l’usage de la messagerie.

La messagerie constitue, il faut l’admettre, l’un des moyens de communication externe les plus faciles à contrôler ; ce qui peut expliquer de tels chiffres à la fois pour les entreprises sondées et pour les personnes licenciées. Avec le développement des nouveaux appareils de communication (mobiles gérant la photo et la vidéo) et celui des plates-forme communautaires, il devient de plus en plus difficile pour les entreprises de contrôler les informations qui sortent de leur enceinte.

Free, nouveau client du Webmail Zimbra

Posted by on 26, Mai 2008 in Logiciels & Webmails | 0 comments

Le célèbre FAI français Free recherche en ce moment, auprès de ses 3,04 millions d’abonnés, 50 000 beta testeurs pour sa nouvelle interface Webmail. Après avoir fait confiance pendant quelques années à la solution Horde, Free s’apprête à lancer un Webmail plus moderne, créé par la société Zimbra,toujours sur base Open Source mais orienté, cette fois-ci, Web 2.0 avec l’utilisation d’AJAX.

En effet, bien que la jeune société californienne se soit fait racheter par Yahoo! en septembre 2007 pour 350 millions de dollars, toute la base logicielle de Zimbra Collaborative Suite est sous licence Libre. Le reste des technologies développées, autour d’une compatibilité avec le logiciel propriétaire Outlook ou les Smartphones BalckBerry, sont bien entendu payantes.

Après de grand noms tels que Yahoo! ou Comcast, c’est maintenant au tour de Free de faire confiance au « Webmail 2.0 » de Zimbra.