Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Suite à la tourmente de GMail: Les excuses de Google

Suite à la coupure de GMail de plusieurs heures qui a eu lieu mardi 24 Février, le monde de la presse a largement publié de nombreux articles relatifs à l’origine de la panne. On peut dire que cet évènement a fortement impacté le monde de l’entreprise et du web !
Google a finalement décidé d’octroyer 15 jours d’utilisation gratuite de ses applications destinées aux professionnels (Google Apps) qui utilisent une version payante de sa suite bureautique en ligne. (50 dollars par an et par utilisateur).
Google s’est exprimé sur son Blog pour donner l’origine du problème qui, selon lui, provient d’une opération de maintenance effectuée sur un de ces centres européens. L’utilisation d’un nouveau code aurait provoqué la saturation d’un des serveurs, « causant des problèmes en cascade d’un datacenter à l’autre ». C’est ce que l’on appelle l’effet Domino ou papillon…

Selon Le Monde Informatique, « la seule piste disponible était le fait que les utilisateurs de smartphones (Blackberry, iPhone) n’avaient pas eu de problème, « ce qui laisserait penser à un problème d’affichage », avançait-t-on sans grande conviction au service de presse. »

Les impacts
On pourrait penser que le problème n’est tout de même pas bien grave, dans la mesure où GMail est utilisé par des particuliers. Or, il en va autrement. En effet, le service de messagerie de Google est également utilisé par des entreprises du monde entier. GMail est intégré dans la suite bureautique proposée, Google Apps, qui serait déjà « utilisée par plus de 1 million d’entreprises et 10 millions d’utilisateurs ». Google Apps permet d’accéder, via Internet, à des logiciels bureautique en ligne (traitement de texte, tableur…), à un calendrier, et à la messagerie électronique, le tout moyennant un abonnement annuel par utilisateur.

Pour Google, ce n’est pas le moment propice pour voir ses applications « planter » car ces temps-ci, la concurrence est rude et Microsoft souhaite rapidement voir ses applications accessibles sur le net (moyennant finance, bien sûr) comme le propose Google.  Aussi, la possibilité de plantage ou d’inaccessibilité de documents créés dans ses applications pourrait susciter de la part des futurs clients de sérieuses craintes. La question serait alors de savoir comment accéder à ses données si celles-ci deviennent inaccessibles pendant plusieurs heures ? Qui peut répondre à cette question : Google ou Microsoft ?
Le débat est lancé…

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *