Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on 9, Déc 2011 in Etudes & Stats, Non classé | 0 comments

Etude du spam par Symantec – fin 2011 (2/2)

Etude du spam par Symantec – fin 2011 (2/2)

Lors d’une précédente étude (octobre 2011), Symantec révélait que les spammeurs avaient réussi et ceci est une première, à créer un service de raccourcissement d’URL public générant de vrais liens raccourcis (ces derniers ne se trouvaient avant que dans les spams eux-mêmes). Le but des spammeurs est de rendre moins aisée le blocage de leurs attaques, notamment à l’aide d’objets suscitant la curiosité et un sentiment de sécurité tels que « Ça fait longtemps que je ne t’ai pas vu ! ».

Les SMS sont également une nouvelle source de menace. En effet, cette même étude Symantec nous explique qu’en octobre dernier une application d’envoi de SMS incitait à appeler des numéros surtaxés en se faisant passer pour une application légitime (imitation du VoIP/de messagerie populaire).

De plus, une étude internationale réalisée par Harris Interactive* et publiée par Cloudmark**  analyse quant à elle les réactions des internautes face au spam (toutes interfaces confondues). Plusieurs tendances ressortent de cette analyse, parmi les plus pertinentes nous pouvons citer le fait que :

  • les utilisateurs déclarent avoir reçu davantage de spam sur l’année écoulée ;
  • les principales peurs des utilisateurs sont par ordre d’importance : virus, usurpation d’identité et blocage de la boîte email, ils sont également inquiets quant au fait de ne pas recevoir un email « légitime » classé comme un spam ;
  • un certain nombre d’utilisateurs rapportent qu’il leur est arrivé de répondre à des spams, ce qui a accru eu selon eux, le nombre de pourriels reçus ;
  • les utilisateurs interrogés abordent la difficulté pour discerner courriers électroniques non sollicités et emails véritables ;
  • les utilisateurs reçoivent désormais du spam provenant des réseaux sociaux, les Français sont 39% à avoir reçu des spams via un réseau social comme Facebook, ou MySpace (les Américains sont 40% et les Chinois 74%).

Fait intéressant en rapport avec ce dernier point, Facebook a été frappé par une vague de spam. Les utilisateurs du réseau social voyaient apparaître sur le mur de leurs amis des photos pornographiques, des images de violence commise à l’égard d’animaux. Si ce spam s’est propagé, c’est aussi par la négligence des utilisateurs qui auraient été « poussés » à copier/coller du code JavaScript dans la barre d’adresse de leur navigateur. En réponse Facebook à assurer collaborer avec les navigateurs attaqués afin que leurs systèmes puissent détecter le copier-coller d’un code malveillant dans la barre d’adresse et qu’un message d’avertissement puisse prévenir l’utilisateur.

Avec le développement des stratégies cloud et l’hyper mobilité, les spammeurs se dirigent vers les nouvelles plateformes et le spam est désormais partout. Il est clair que des associations telles que Signal Spam ont encore de beaux jours devant elles. Mais il convient dans un premier temps que les utilisateurs de messagerie maintiennent leur vigilance et se renseignent sur les nouvelles menaces auxquelles ils seraient susceptibles d’être exposés dans le domaine personnel comme professionnel.

* Leader mondial des études interactives

** Cloudmark Inc. est un leader mondial dans le domaine des solutions de sécurité et d’infrastructure de messagerie pour les fournisseurs d’accès Internet, les opérateurs de réseaux mobiles et les réseaux sociaux.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *