Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on 26, Nov 2008 in Autour du mail, Messagerie, Mobilité, Sécurité | 0 comments

Du spam sur votre mobile ? Appelez le 33 700 !

Le Secrétaire d’Etat à l’Industrie et à la Consommation, Luc Chatel, a récemment annoncé la mise en place d’un numéro spécial pour les victimes de spam sur téléphone mobile.

A partir du 15 novembre, les messages indésirables qui arriveront sur votre téléphone mobile (comme les SMS publicitaires vous enjoignant à récupérer un cadeau, à la condition d’appeler un numéro surtaxé), pourront être signalés et transférés à un organisme d’Etat, en composant simplement le 33 700. Lequel organisme se chargera d’alerter l’opérateur depuis lequel les spam mobile auront été émis. L’opérateur en question aura alors l’opportunité d’appliquer des sanctions, pouvant aller, en extrême cas, à la suppression du numéro surtaxé.

Une bonne initiative qui semble arriver au moment opportun. En effet, des menaces d’importance sont attendus sur les terminaux mobiles, et plus particulièrement sur les SmartPhone, qui se rapprochent beaucoup d’ordinateurs de poche. De plus en plus d’experts craignent que les SmartPhone ne fassent l’objet d’attaques de robots pour devenir des « mobiles zombies ». La création d’un botnet sur PC n’a jamais été aussi simple qu’aujourd’hui et, cependant, leur détection reste une tâche des plus ardues.

Techniquement, tous les éléments sont déjà réunis pour qu’une telle chose voit le jour. Des millions de mobiles intégreraient des botnets et se transformeraient alors en plateforme de relai du spam mobile. Or, à l’heure actuelle, il n’existe aucune protection valable contre ce genre d’attaques sur les téléphones mobiles ; y compris sur les plus avancés d’entre eux, les SmartPhone.

En fait, la conception même de telles applications de sécurité sur les mobiles, pose un véritable défi technique aux ingénieurs, car de telles applications, tournant en permanence en tâche de fond, amoindriraient grandement l’autonomie des terminaux mobiles.

Pourtant, il faudra bien qu’une solution soit trouvée, car l’émergence de ce type d’attaques a toute les chances de se produire. Des entreprises spécialisées dans la sécurité informatique l’envisagent déjà pour l’année 2009. Nul doute que, dans ces conditions, la mise en place du 33 700 est un premier pas de bon augure.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *