Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on 13, Juil 2010 in Experts, Revue de presse | 0 comments

Ces start-up qui croient au mail (par Olivier Roberget de Collaboratif-Info)

« Il est temps de partir à votre rendez-vous de 15 heures, le trafic n’est pas très fluide sur le boulevard périphérique. » L’avatar qui vous assiste désormais dans votre quotidien bureautique s’est bien professionnalisé ces dernières années.

Il scrute vos courriers électroniques, identifie les plus importants, pré-inscrit les demandes de rendez-vous pertinentes dans votre agenda, vous relance si vous avez oublié de répondre, et détermine votre heure de départ en fonction de la durée réelle du trajet.

Kwaga, une strat-up qui montre la voie

C’est l’un des scénarios d’évolution imaginés par Philippe Laval pour sa start up Kwaga. Celle-ci sait déjà gérer les mails prioritaires de votre compte Google – ceux, par exemple, qui nécessitent une réponse – en se basant sur des technologies d’analyse linguistique. Reste à développer de nouvelles interfaces utilisateur.

Kwaga, soutenue par Oséo, est impliquée dans de nombreux projets, comme l’initiative Demain le mail. Et Philippe Laval n’est pas le seul à parier sur le fait que le courrier électronique restera incontournable dans les prochaines années, même si son rôle sera sans doute redéfini.

Des dirigeants de start up de l’autre côté de l’Atlantique misent aussi sur le développement des outils d’aide à la gestion des e-mails. Xobni (Inbox à l’envers) propose un plug-in pour Microsoft Outlook. Son approche a déjà séduit de nombreux investisseurs.

Cisco au capital de la start-up Xobni

En janvier 2009, la société a ainsi levé 7 millions de dollars supplémentaires lors d’un second tour de table. Elle compte désormais Cisco parmi ses actionnaires. Elle vient de faire parler d’elle récemment avec le lancement d’une version en boîte de son logiciel. Il est distribuée par des chaînes de magasins sur le territoire américain.

On pourrait citer également l’éditeur Gist, qui consolide dans une même interface les courriers électroniques, des billets de blogs et des tweets pour ensuite les hiérarchiser afin de simplifier les traitements. Ou encore les initiatives d’Etacts et de Rapportive.

Tous ces logiciels sont plus ou moins évolués dans le traitement du contenu des messages. Ils ont cependant un point commun : ils vont piocher de l’information dans les réseaux sociaux du type Linkedin. Loin de marginaliser le mail, les réseaux sociaux le conforte et lui apporte une touche relationnelle supplémentaire en affichant le profil et la photo de l’expéditeur.

Source : http://collaboratif-info.fr

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *