Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on 23, Juil 2013 in A la une, Etudes & Stats, Non classé, Sécurité | 0 comments

Cloud et vie privée : un combat sans fin

Cloud et vie privée : un combat sans fin

Le Cloud parait être une technologie récente que tout un chacun apprend petit à petit à utiliser. Mais les internautes, sans le savoir, l’utilisent depuis maintenant quelques années. A commencer par Facebook, le réseau social américain sur lequel des milliers d’utilisateurs postent chaque jour des centaines de milliers de photos. Aujourd’hui, le Cloud grand public propose plusieurs solutions de sauvegarde en ligne telles que DropBox ou encore SkyDrive. Comment le grand public utilise-t-il le Cloud ? Quels en sont les risques ? Lumière sur une technologie entrée dans les habitudes des internautes.

Depuis la création de Facebook en 2004, les réseaux sociaux n’ont cessé de fleurir (Flickr, Pinterest, Vimeo, etc.). Leur but premier est certes de rester en contact avec des personnes, mais les internautes ne savent pas forcément ce que deviennent leurs données. Ces réseaux sociaux utilisent la technologie du Cloud. Les données sont gardées dans le « nuage » et accessibles depuis smartphone, tablette, PC. Cette technologie est clairement visible avec le réseau social Instagram ou Flickr. Les photos et vidéos partagées sont hébergées dans le nuage. Il devient une réelle banque de données. Il en est de même pour les sites dédiés exclusivement à la sauvegarde. Les internautes ne s’en soucient généralement pas mais ces services en ligne sont à utiliser avec précaution.

Vie privée et réseaux sociaux ?

Photos de vacances, de soirées, d’enfance… Les internautes aiment partager avec leurs amis leurs plus beaux clichés. Toutefois, il est important d’être vigilant face au contenu publié. Et également aux personnes qui y ont accès. D’un point de vue professionnel, la plupart des recruteurs réalisent une recherche sur Internet, en tapant le nom et prénom de la personne recrutée. Tentez l’expérience ! Vous constaterez que les réseaux sociaux se retrouvent systématiquement dans les premiers résultats. Le nombre de photos téléchargées sur Instagram uniquement est de 5 millions chaque jour. Des images partagées et vues par des milliers d’utilisateurs. Ces derniers ne sont pas toujours empreints de bonnes intentions. L’usurpation d’identité est souvent liée au contenu publié sur les réseaux sociaux. Nuire à l’image ou la réputation d’une personne sur Internet et spécialement sur les réseaux sociaux est un jeu d’enfant pour les malfaiteurs. Les réseaux sociaux ne demandent pas de vérification d’identité et ne proposent pas de moyens de certifier l’identité d’une personne. Le seul effort vient de Twitter  qui a mis en place un système de badge permettant de certifier l’identité de la personne, spécifiquement des personnes célèbres. Cependant, ce système présenterait des failles car plusieurs faux comptes auraient déjà été créés malgré une certification.

 Où sont mes données ?

La réponse est : dans les nuages ! En effet les données postées sur Facebook, Twitter et autres, sont hébergées sur des serveurs situés aux quatre coins du monde. La plupart des réseaux sociaux les plus populaires sont américains. Il y a très peu de chance pour que vos données soient hébergées dans votre pays d’origine. Les lois et conditions d’utilisation n’étant pas les mêmes d’un pays à un autre, il est souvent difficile de régler les litiges en cas de problème d’utilisation. Ensuite, il convient de prendre en compte le fait que les entreprises d’aujourd’hui basent de plus en plus leur politique de développement par des rachats d’entreprises. Si le ou les réseaux sociaux que vous utilisez viennent à être racheté vos données transitent alors entre les différents propriétaires. Vous ne pouvez pas contrôler ce qu’elles deviennent et quel en sera l’usage. À titre d’exemple, certaines données telles que les adresses mails sont fréquemment utilisées à des fins commerciales.

Dans certains cas, les conditions d’utilisations sont également amenées à évoluer. Prenons l’exemple d’Instagram qui, en 2012, avait modifié ses conditions générales d’utilisation. Les utilisateurs ont été déçus (utilisation des photos publiées à des fins commerciales). Ayant accepté ces conditions lors de leur inscription ces utilisateurs n’avaient plus que deux choix. Ils pouvaient continuer d’utiliser le réseau social ou s’en désinscrire. Bien sur, ils laissaient dans les bases de données les clichés précédemment publiés. Si ce changement des CGU avait à l’époque déclenché beaucoup de débat concernant les droits des utilisateurs. De son côté, Facebook utilise les données de ces usagers pour cibler la publicité sans que personne ne s’en soucie.  Il est certain que les internautes, bercés par leurs habitudes de navigation, manquent d’éducation face aux risques que représentent les réseaux sociaux et aux précautions à prendre lors de l’utilisation de ceux-ci.

Quels sont les risques ?

Les enjeux face à la vie privée et l’identité des internautes sont grands mais cela n’empêche qu’en France 80% des internautes sont inscrits à un réseau social. 66% d’entre eux s’y connectent au moins une fois par jour. Ces chiffres seront amenés à doubler voire tripler dans les années avenir avec la génération C. L’usage des réseaux sociaux et services de sauvegarde n’est absolument pas déconseillé, bien au contraire ! Mais il est important d’être conscient des risques auxquels l’utilisateur s’expose. Les photos et statuts publiés peuvent facilement être retrouvés et sur Internet, le droit à l’oubli n’existe pas. Compte tenu de l’environnement numérique actuel, notamment avec le scandale du programme PRISM, on ne peut ignorer les enjeux de tels comportements. Des enjeux importants pour le grand public, mais encore plus importants pour les entreprises. En effet, les entreprises possèdent des données sensibles et essentielles pour leur activité. Le Cloud est désormais incontournable même dans le cadre professionnel. Dans ce souci de sécurité et de confidentialité qu’Alinto propose Alinto Drive. Un produit développé et hébergé en France afin de garantir la sécurité des données sauvegardées en ligne.

Professionnel ou particulier : sur Internet la vigilance est toujours de mise.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *