Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on 8, Mar 2013 in A la une, Autour du mail, Logiciels & Webmails, Messagerie, Sécurité | 0 comments

Censure des mails par Apple, quelle légitimité ?

Censure des mails par Apple, quelle légitimité ?

La nouvelle a fait le tour du Web il y a quelques jours, Apple et son service iCloud scannerait le contenus des emails échangés entre les utilisateurs du service. Apple ferait donc de la censure des mails de ses utilisateurs. La firme bloquerai les contenus qu’il juge non convenable faisant fie du respect du secret de la correspondance.

Apple et la pornographie, une longue histoire

On sait depuis longtemps qu’Apple a une fâcheuse tendance à censurer à outrance la moindre référence (même lointaine) à de la pornographie. Les développeurs d’applications iOS doivent notamment être extrêmement vigilants quant au contenu de leurs applications s’ils veulent qu’elles soient acceptées sur l’AppStore.

Récemment, un autre problème s’est posé avec la révélation du scan des emails via le système iCloud. Steven G., scénariste américain, a vu l’un de ses mails refusé car il y mentionnait, dans l’un de ses scripts, un acteur regardant un bandeau publicitaire pornographique. L’email n’a donc pas pu être envoyé jusqu’à la suppression de cette partie du message. Il semblerait qu’iCloud détecte des groupes de mots signalés comme ayant trait à la pornographie. Mais sans être capable de considérer le message dans son intégralité. Il lui arrive donc de censurer des messages n’ayant aucun côté pornographique. Et quand bien même, une question se pose : en quoi Apple se permet-il de décider du contenu que doivent ou non envoyer ses utilisateurs ?

La censure des mails, une pratique plus fréquente que l’on ne le croit

Après tout, on sait bien qu’Apple n’est pas le seul à scanner les emails de ces utilisateurs. Ce n’est un secret pour personne que Gmail scanne également les contenus, non pas pour les censurer mais pour pouvoir afficher des publicités ciblées dans son interface. Microsoft ne s’est d’ailleurs pas gêné pour dénoncer ces pratiques via les vidéos Gmail Man et son site Scroogled.

Gmail nie que ces scans interfèrent avec la protection de la vie privée de ses utilisateurs. Mais les mastodontes de la messagerie n’ont apparemment aucun scrupule à regarder ce qui se passe dans les correspondances. Bien sûr tout ceci n’est fait, selon eux, que dans l’objectif d’apporter un meilleur service aux utilisateurs avec des offres personnalisées pour l’un ou pour les protéger pour l’autre.

Et le secret de la correspondance alors ?

Le secret de la correspondance est un droit accordé par la réglementation de la plupart des pays. Il s’applique tout aussi bien au courrier postal qu’au courrier électronique. Il stipule qu’une tierce personne ne peut consulter le contenu d’une correspondance privée sans le consentement spécifique de l’émetteur. En France, par exemple, le secret de la correspondance est protégé par le code pénal. Le fait d’ouvrir, supprimer, détourner, divulguer ou d’utiliser des correspondances peut être puni par des peines. Elles peuvent aller jusqu’à un an d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende (Article 226-15 du code pénal).

Alors pourquoi ces services ne sont-ils pas inquiétés par la loi ? Tout simplement car lorsque l’utilisateur créé un compte il accepte par la même occasion les conditions d’utilisations du service. Nous savons tous pertinemment que 95% des utilisateurs, si ce n’est plus, cliquent sur « accepter les conditions » sans même en avoir lu la première phrase. Mais ce sont pourtant ces « quelques lignes » qui font que vous donnez votre consentement à Google pour partager vos données dans le but d’améliorer ses services.

En partageant vos données avec nous, par exemple lorsque vous créez un Compte Google, vous nous permettez d’améliorer encore la qualité de ces services – en améliorant la pertinence des annonces et des résultats qui vous sont proposés, en vous aidant à établir des contacts ou en facilitant et en accélérant le partage de vos données.

Une question de transparence

En revanche, Apple et son service iCloud sont beaucoup moins transparents sur leur utilisation des données des utilisateurs. Lorsque l’on se plonge dans leurs conditions d’utilisations, voici ce que l’on trouve :

Le « Contenu » désigne toute information pouvant être générée ou consultée par le biais de l’utilisation du Service, telle que les fichiers de données, les caractéristiques de l’appareil, le texte écrit, les logiciels, la musique, les graphiques, les photographies, les images, les sons, les vidéos, les messages et tout matériel similaire. Vous comprenez que la personne à l’origine du Contenu est l’unique responsable de l’ensemble de ce Contenu, qu’il soit diffusé publiquement ou transmis de manière privée sur le Service. Cela signifie que vous, et non Apple, êtes l’unique responsable du Contenu que vous téléchargez, diffusez, envoyez par e-mail, transmettez, stockez ou mettez à disposition via votre utilisation du Service. Vous comprenez qu’en utilisant le Service, vous pouvez accéder à du Contenu que vous pouvez trouver offensif, indécent ou inacceptable, et que vous pouvez permettre à d’autres personnes d’accéder à un Contenu qu’elles risquent de trouver inacceptable. Apple ne contrôle pas le Contenu diffusé via le Service ni ne garantit l’exactitude, l’intégrité ou la qualité de ce Contenu. Vous comprenez et acceptez que votre utilisation du Service et de tout Contenu se fait à vos propres risques.

Dans ses conditions, Apple nie donc clairement avoir accès et pouvoir modifier les contenus émis et partager par ses utilisateurs via le service iCloud. On peut donc s’attendre à des changements à ce niveau dans les mois à venir.

Quelles solutions ?

Que faire en attendant que les choses changent à un niveau plus global ? Il vous reste la solution d’utiliser des services de messagerie plus indépendants. Il existe des services français gratuits très performants tels que :

Inmano
Lavache

À vous de choisir !

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *