Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on 30, Jan 2013 in A la une, Autour du mail, Business, Etudes & Stats, Messagerie | 0 comments

Comment votre messagerie affecte-elle la délivrabilité et l’e-réputation de ceux qui vous envoient des emails ?

Comment votre messagerie affecte-elle la délivrabilité et l’e-réputation de ceux qui vous envoient des emails ?

Délivrabilité et e-réputation, ces deux nouveaux mots entreront sans doute un jour dans le dictionnaire et comme beaucoup d’autres sont issus des activités liées au marketing. Mais que veulent-ils dire ? La délivrabilité (ou taux de délivrance) représente le rapport entre le nombre de messages ouverts et le nombre de messages non lus. C’est un indicateur très important pour toute personne ou compagnie envoyant régulièrement des messages par email. Quant à l’e-réputation c’est en fait une note donnée par les fournisseurs d’accès internet (FAI) à chaque personne ou compagnie envoyant des emails. Plus vous envoyez d’emails et plus les FAI se pencheront sur vous pour scruter votre activité. Le but ultime étant de filtrer les spammeurs et de les sortir du système si nécessaire. Cependant que ce soit pour la délivrabilité ou pour l’e-réputation, ce sont bien vos messageries qui font la différence car au final ce sont les filtres, qu’ils soient automatiques ou manuels, ainsi que votre propre jugement qui influencent le plus ces deux indicateurs. La société Pure360, éditeur de logiciel emailing, a récemment réalisé un dossier sur l’e-réputation pour les e-marketeurs ainsi qu’une infographie (voir image). Cependant il serait également intéressant de connaître, pour le point de vue des utilisateurs de messagerie, ce qui affecte le plus la délivrabilité et comment est calculée l’e-réputation de chaque utilisateur ?

 

délivrabilité email

Cliquez pour accéder à la totalité de l’infographie

 

Qu’est-ce qui affecte le plus la délivrabilité ?

Comme indiqué ci-dessus, la délivrabilité est mesurée suivant l’ouverture ou non des messages. En fait, un traceur est installé sur les messages envoyés qui permet de savoir si ceux-ci ont été lus ou non. Mais avant même que vous décidiez de lire un message, il faut savoir que certains n’arriveront jamais dans votre boite de réception. Tandis que d’autres seront simplement envoyés à la poubelle par vos propres soins. Donc les taux de délivrance tendent à être très faibles au final. Dans tous les cas, il est certains qu’un email non désiré finira dans les abysses de votre messagerie. Mais quelles sont les raisons qui vous poussent à les supprimer? Voici cinq raisons très communes:

  • Il y a une erreur dans la personnalisation du message. La moindre faute d’orthographe dans votre nom ou si l’on vous appelle Monsieur au lieu de Madame (ou vice-versa) et ce message sera très souvent envoyé à la poubelle.
  • Un message de vente lors de la première communication. Combien de fois avez-vous reçu ce genre de message sans les ouvrir alors que vous ne connaissiez même pas la personne ou la compagnie.
  • Un sujet prometteur mais pas de texte qui correspond. C’est une technique parfois utilisée pour vous faire ouvrir le message (par exemple « vous avez gagné un iPad ! » et le texte vous parle d’offres immobilières sans même mentionner un prix à gagner). Dans ce cas, très souvent le message fini à la poubelle.
  • Le message est illisible. Par exemple, le contenu a beau avoir l’air intéressant mais par manque de test de la part de l’envoyeur tous les caractères avec accents sont changés en symboles incompréhensibles. Ça ne vous plait pas et vous envoyez le message à la poubelle.
  • Réception de message sans votre autorisation préalable. Votre droit est votre droit. Vous ne voulez pas recevoir de message de la part de tierces personnes ou vous n’avez pas souscrit pour recevoir tel ou tel message, votre droit est bien sûr de supprimer ces messages indésirables.

Au regard de ces raisons, il faut savoir que bien souvent vous serez non seulement tenté de mettre les messages à la poubelle mais aussi de les étiqueter comme spam. Ce dernier geste aura beaucoup plus de conséquences négatives pour l’envoyeur. En effet, les FAI et les messageries peuvent créer des filtres automatiques anti-spam en fonction des réponses de leurs utilisateurs. Plus il y a de personnes qui étiquettent un message comme spam, moins l’envoyeur aura de chance d’envoyer de nouveaux messages. Ceci fait partie de l’e-réputation que nous aborderons plus en détails dans le chapitre suivant. Cependant, il y aussi d’autres facteurs qui font qu’un message peut être envoyé automatiquement dans les spams, sans même que vous ayez à intervenir :

  • Pas de texte brut. C’est un critère essentiel de nos jours. Les messages écrits uniquement en HTML sont systématiquement filtrés en tant que spam. Une version texte brut doit également accompagner l’envoi.
  • Le ratio image/texte est trop important. Auparavant, les spammeurs utilisaient les images pour passer au travers des filtres anti-spam, or ceux-ci maintenant peuvent détecter s’il y a trop d’image par rapport au texte.
  • L’utilisation de certains mots. Traditionnellement les filtres ont été construits pour détecter certains mots clés dans le sujet et le corps du message. En fait, c’est souvent la combinaison de mots qui est détectée. Par exemple si l’on prend les mots « sein », « taille » et « augmenter », s’ils sont utilisés séparément dans différents messages, pas de soucis. Mais s’ils se retrouvent ensemble dans le même message (d’autant plus s’ils sont suivis d’une ponctuation), le filtre comprendra qu’une proposition commerciale non sollicitée va vous être envoyée et celle-ci finira automatiquement dans les spams.
  • Le phishing. C’est une forme de spam intelligent qui essaye de collecter vos données personnelles en vous envoyant un message qui ressemble à un message officiel (de votre banque par exemple). Aujourd’hui les filtres anti-spam essayent de lire les URL (l’adresse internet qui commence par www et/ou http://) contenus dans les messages. Si la destination du site ne correspond pas au message reçu dans votre boite, celui-ci sera envoyé dans les spams.

Comme on le voit, la délivrabilité dépend vraiment du destinataire mais également des filtres automatiques. Or depuis quelques années se développe un nouvel indicateur qui va influencer de plus en plus la délivrabilité, l’e-réputation.

Comment est calculée l’e-réputation et comment celle-ci influence-t-elle la délivrabilité?

L’e-réputation est un indicateur secret calculé pour et par les Fournisseurs d’Accès Internet (FAI). Il qui décide du nombre d’emails et de la fréquence à laquelle chaque adresse email peut envoyer des messages. Concrètement, si l’e-réputation d’une personne ou d’une compagnie est basse et que leur volume d’emails ainsi que leur fréquence d’envoi sont hautes, il se peut que l’envoi de leurs emails soit différé, voir annulé. Or tout commence dans les messageries des destinataires. Comme on l’a vu auparavant, le fait d’envoyer un message en spam peut avoir de lourdes conséquences pour ceux qui envoient régulièrement des emails. Même si l’on ne sait pas comment l’e-réputation est vraiment calculée, nous savons quels sont les critères utilisés pour la calculer. Du point de vue de l’utilisateur de messagerie c’est intéressant de les connaître car cela peut expliquer pourquoi certains emails sont filtrés et pas d’autres. Voici donc la liste de ces critères :

  • L’adresse email : c’est sans doute le critère le plus simple à comprendre car il requiert une action directe de la part des destinataires. Si le message ne plait pas au destinataire, il cliquera sur le bouton « spam » dans sa messagerie. L’adresse email sera immédiatement mise sous liste noire pour la messagerie du destinataire. Par contre, si de nombreux destinataires envoient cet email dans les abysses du spam, le FAI sera informé et il pourra prendre la décision d’abaisser l’e-réputation de l’adresse email utilisée par l’envoyeur.
  • Le préfixe d’email : certains FAI filtrent déjà les préfixes d’email (la partie à gauche du @). Une liste des mauvais préfixes est établie par les FAI suivant les taux de plaintes reçues de la part des destinataires (tout email étiqueté comme spam). On sait maintenant qu’une adresse email avec un préfixe comme « ipadpascher@ » verra très souvent ses envois différés. De plus, Yahoo! utilise ce critère pour filtrer les messages et la messagerie n’hésitera pas à les envoyer dans le dossier spam.
  • Le domaine : de nombreux FAI ont créé des listes de domaines bannis au rang des spammeurs et tout email envoyé avec ces noms de domaine sera bloqué. Cependant, les FAI sont en train de créer des systèmes permettant de juger la réputation des domaines. Dans le futur, une véritable fiche d’identité sur internet jugera tous les éléments liés à un site internet (le domaine, les pages, les emails, les liens, les images) et leur attribuera ou non une bonne e-réputation.
  • L’adresse IP (Internet Protocol): c’est l’adresse physique (l’ordinateur) depuis laquelle sont envoyés les messages. L’e-réputation peut être calculée et même géolocalisée dans ce cas. Dans un cas extrême, les FAI peuvent bloquer l’accès à internet pour cette adresse IP s’ils jugent qu’elle s’adonne à des activités de spammeur.
  • La gamme d’IP : ce critère n’a qu’une très faible influence, mais peut être utilisé par les FAI. Les adresses IP complètes proviennent de toutes d’une certaine gamme d’IP que les FAI peuvent noter pour déterminer l’e-réputation d’une adresse IP en particulier.

Bien entendu, plus l’e-réputation sera basse et plus la délivrabilité sera basse également. C’est pourquoi il est aujourd’hui essentiel pour une personne ou une compagnie envoyant régulièrement des emails de maintenir une bonne e-réputation. Malgré tout, une mauvaise e-réputation n’est pas irréversible et il existe des techniques pour l’améliorer.

Comment faire pour améliorer son e-réputation ?

Les FAI et les messageries parlent désormais d’engagement avec les destinataires pour évaluer l’e-réputation. Quelles sont donc les indicateurs et les techniques qui permettent d’évaluer l’e-réputation des personnes et des compagnies ?

  • Les clics : s’il existe des liens cliquables dans le corps du message envoyé par email, un grand nombre de clics sur ceux-ci est de toute évidence un signe de leur bonne e-réputation.
  • L’ajout de l’adresse email dans la liste de contact : plus il y a de destinataires qui ajoutent l’email de l’envoyeur dans leur carnet d’adresse, meilleure sera l’e-réputation de celui-ci. C’est pourquoi vous recevez de plus en plus de messages vous demandant d’ajouter leur email dans leur carnet d’adresse. Certaines messageries permettront même l’affichage des images directement une fois que l’email est ajouté au carnet d’adresse.
  • Les réponses : les FAI privilégient le dialogue. Plus il y aura d’échanges directs par email entre les destinataires et les envoyeurs, meilleure sera l’e-réputation. Gmail a même lancé un système d’affichage automatique des images si un destinataire a répondu plus de deux fois directement à la même adresse email dont le message contient des images. A l’inverse, les campagnes d’emails envoyées avec un email « ne pas répondre » sont de plus en plus pénalisées.
  • L’historique des ouvertures : l’idée est de comparer sur une période donnée le taux d’ouverture de tous les messages envoyés par les mêmes adresses emails. Cependant certains FAI ont avoué qu’il était difficile d’appliquer cette méthode sur le long terme à cause des problèmes de stockage de données et ont donc abandonné cette méthode.
  • Etre sorti du dossier spam : Lorsqu’un destinataire sort un message de sa poubelle spam, c’est le meilleur cadeau qu’il puisse faire à quelqu’un en termes d’e-réputation. En fait, c’est une preuve qu’il y a eu un engagement positif avec le destinataire qui a sans doute reçu des instructions de la part de l’envoyeur lui suggérant d’aller voir dans son dossier spam si le message y était.

L’engagement entre destinataires et envoyeurs est donc essentiel pour créer une bonne e-réputation. À l’avenir les destinataires verront de plus en plus de messages qui les incitent à participer et à répondre aux campagnes commerciales par email. En fait, on peut s’attendre à ce que la créativité des messages passe à un cran supérieur pour susciter cet engagement. Les meilleurs seront récompensés en voyant leur e-réputation augmenter. Ceux qui n’innovent pas se verront lourdement pénalisés au risque de se voir reléguer au rang des spammeurs. Finalement, ce n’est pas une si mauvaise chose pour le destinataire. Il devrait enfin recevoir des messages qui l’intéressent et le concernent !

0 Comments

Trackbacks/Pingbacks

  1. En vrac, l’emailing cette semaine : En-tête, Webdesigner, Révolution Email, Courir, Réputation, … | Badsender - Conseil Emailing & eCRM - [...] Comment votre messagerie affecte-elle la délivrabilité et l’e-réputation de ceu... Délivrabilité et e-réputation, ces deux nouveaux mots entreront sans…

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *