Cloud Computing ou quand la messagerie électronique est sur un “petit” nuage

cloud

Le cloud computing est ce que l’on peut appeler un sujet de controverse. Alors que Google fait une fois de plus parler de ses Apps dans le mauvais sens du terme, le cabinet Pierre Audoin Consultants* met en exergue la montée en puissance du Cloud au travers des résultats de l’enquête Le Cloud Computing en France menée auprès de 200 décideurs informatiques en mars 2010.

Comprendre le Cloud Computing

Le cloud computing (l’informatique dans les nuages) symbolise l’informatique dématérialisée : l’entreprise n’est plus propriétaire de ses serveurs informatiques mais accède de manière évolutive à des services en ligne. Elle n’a plus à gérer l’infrastructure.

Le cabinet d’études et de conseil Markess International définit le cloud computing comme « l’accès via le réseau et à la demande à des ressources informatiques (infrastructures IT, réseaux… de type IaaS, pour Infrastructure as a Service), des environnements de développement (PaaS, pour Platform as a Services) et/ou des applications (SaaS, pour Software as a Service). Le cloud computing se distingue par les composantes clés suivantes : ressources virtualisées, catalogue de services, automatisation de l’approvisionnement, simplification & standardisation, ajustement des ressources aux besoins, OPEX vs CAPEX. »

Les solutions en mode SaaS (Software as a Service) s’inscrivent dans le modèle économique du Cloud : l’entreprise cliente n’achète pas une application informatique et ne l’installe pas sur ses machines. Elle la loue “à la demande” auprès d’un fournisseur qui héberge cette application.

On distingue 3 types de Cloud Computing :

  • le cloud privé (interne ou externe)
  • le cloud public
  • le cloud hybride

Pour en savoir plus sur ces différents types, vous pouvez consultez l’article de Jerome Saiz Cloud public, privé, hybride : le retour du périmètre ?

71% des projets de Cloud (en cours ou en prévision) sont de type privé. Les cloud public concerne seulement 13% des projets, et enfin, 7% s’appuie sur le modèle hybride.

Le marché du Cloud Computing connaît depuis 2 ans une croissance notable de 25%. (source Markess International). Selon le site Silicon.fr dans l’article Le cloud computing : mode ou tendance lourde? , ce marché pèserait 1 860 millions d’euros en 2010.

Les résultats de l’enquête Le Cloud Computing en France

La société de conseil et d’études marketing PAC nous informe dans son rapport que 54% des projets de cloud computing concernent la messagerie. Viennent ensuite les applications et/ou infrastructures liées à la finance et la comptabilité (26%).

applications et infrastructures

Cette attraction du Cloud pour l’email peut s’expliquer d’une part, d’un point de vue historique par l’arrivée sur le marché d’offres pionnière en matière de courrier électronique.

Avec une volonté d’innovation permanente, Alinto, fut l’une des premières sociétés à concevoir une solution de messagerie sur le mode SaaS.

D’autre part, le développement prononcé de la messagerie sur ce modèle traduit la satisfaction et le bénéfice retirés par les entreprises. Voici les moteurs d’adoption et les avantages du Cloud Computing désignés par les répondants :

Les moteurs d’adoption du Cloud Computing en France :

  • 37% Flexibilité, adaptabilité et souplesse
  • 28% Disponibilité
  • 23% Facilité

Les avantages du Cloud Computing exprimés par les entreprises interrogées :

principaux avantages du cloud

Cependant, il existe des craintes particulièrement en matière de protection des données.

Les entreprises interrogées considèrent comme frein à une démarche vers le Cloud :

  • à 44% la Sécurité et la Confidentialité
  • 14% la Dépendance du réseau et les Facteurs liés au réseau
  • 14% la Perte de contrôle sur les données et l’Externalisation vers un tiers

Google Apps, l’exemple qui nourrit les inquiétudes des réfractaires au Cloud

Le site Le Monde Informatique explique dans son article La fiabilité et la confidentialité des Google Apps une nouvelle fois remise en cause pourquoi plusieurs universités américaines ont préféré se tourner vers d’autres solutions de messagerie que celles de Google :

Après Yale qui a renoncé le mois dernier à son projet de messagerie Gmail, c’est au tour de l’université de Californie de Davis d’abandonner le webmail de Google utilisé par près de 30 000 personnes sur le campus, essentiellement des professeurs et des salariés des services généraux. Selon le site en ligne Mashable, la raison invoquée repose sans grande surprise sur les problèmes de confidentialités, aggravés par l’arrivée du service collaboratif Buzz. Les membres de la faculté tiennent en effet à conserver un caractère privé à leurs échanges professionnels […] Ces annonces surviennent la semaine où le service calendrier de Google a connu deux pannes majeures. […] les comptes des utilisateurs étaient en effet devenus inaccessibles selon les informations du tableau de bord de Google Apps. Les Internautes ont dû attendre une heure avant un retour à la normale. Le mercredi 28 avril, Google Agenda a également connu une défaillance et des problèmes de performances qui ont affecté certains utilisateurs pendant environ une heure, après “un nombre inhabituellement élevé” de demandes de synchronisation de la plate-forme mobile Android, selon la firme de Mountain View.


L’avenir du Cloud

Malgré ces incidents et la persistance des craintes liées notamment à la protection des données, les perspectives d’évolution du marché du Cloud ont de quoi rassurer les entreprises qui ont investi dans cette voie. Les prévisions évaluent à 2 730 millions d’euros le poids du marché en 2012.

Pour conforter cette montée en puissance du Cloud, il suffit d’observer les stratégies adopter par les grands éditeurs internationaux de logiciels qui les ont conduit à proposer leurs solutions en mode virtualisé. C’est au début de l’année 2010 que Microsoft a lancé Windows Azure, sa plateforme de Cloud computing qui doit permettre aux entreprises de simplifier l’utilisation des services distants.

* Pierre Audoin Consultants (PAC) est une société internationale de conseil et d’études de marché spécialisée dans le domaine du logiciel et des services informatiques – http://www.pac-online.com Voir le communiqué de l’enquête : cliquez-ici

A lire sur le même thème :

1 commentaire pour l'article "Cloud Computing ou quand la messagerie électronique est sur un “petit” nuage"

  1. Murielle dit :

    La protection des données c’est vitale dans l’ère que nous vivons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>